Préparer son tempeh maison avec le Power fermenter de Kuvings

J’aime autant le tempeh que le tofu alors je suis vraiment heureuse de vous présenter enfin ma recette dans cet appareil !

Je vous en ai parlé il y a quelques mois : le site d’ustensiles de cuisine saine Warmcook m’avait contacté pour un partenariat. Je suivais l’actualité de la marque Kuvings (qui était celle de mon extracteur) depuis un moment et j’avais eu connaissance de la sortie de cet appareil. Comme j’étais dans mes essais tempeh depuis quelques semaines, avec des résultats très inégaux jusque-là, j’ai vraiment été heureuse de pouvoir l’essayer.

TEMPEH MAISON

Pour rappel, le tempeh est une spécialité indonésienne réalisée avec des fèves de soja fermentées grâce à un champignon. C’est une préparation très connue en Asie, extrêmement riche en protéines, et très digeste.

La première fois que vous allez vous trouver face à du tempeh, il y a de fortes chances que vous le jetiez loin de vous une fois l’emballage ouvert en hurlant « Au secours, un organisme mutant s’est installé chez moiiiii « . Puis comme l’autre blogueuse là, celle qui a un humour irrésistible, mais un peu lunatique et qui fait des pains sans pétrissage destructeurs d’intestins à grands coups de gluten non travaillé, n’a de cesse de répéter que le tempeh est la plus belle chose qui lui soit arrivée (après le tofu (et ses merveilleux enfants)), vous allez retenter le coup. Sceptique.

Et vous faites bien.

Le tempeh sans le Power fermenter

Mes premières expériences de tempeh maison furent donc très chaotiques passant de l’émerveillement total, quand, après 4 jours de surveillance assidue (pire qu’un nourrisson à surveiller !) à remplacer les bouteilles d’eau chaude toutes les deux heures dans ma glacière, il sortait tout beau à la déception quand au bout de 5 jours l’intérieur n’avait pas pris ou quand une fois sur deux, je ne l’oubliais pas dans le four qui me servait d’incubateur foireux j’étais ravie pour m’exaspérer la fois d’après lorsqu’il avait moisi.

Parce que le tempeh, il a besoin d’une température stable autour de 30°C et de peu d’humidité pour fermenter. Mais, chez moi en Bretagne, le mot HUMIDITE devrait être inscrit sur le drapeau régional, et les températures ne vont jamais jusqu’à 30 degrés sauf quand tu te trouves sous une serre à tomates en plein mois d’août et que du coup tu as l’impression de te retrouver en Polynésie. Donc au moment où Kuvings a sorti ce Power fermenter, je l’ai zieuté avec beaucoup d’envie et quand Warmcook me l’a proposé en test, mon petit coeur a chaviré.

Quasiment un an après, je n’ai jamais racheté de tempeh : je fais le mien par 500g ou 750g et j’ai toujours les mêmes étoiles dans mes yeux quand je le démoule. Alors oui, le goût change clairement de tout ce que vous connaissez, avec des saveurs de sous-bois, la texture est absolument fabuleuse avec beaucoup de mâche, et une fois qu’on a adopté cet ingrédient, c’est pour la vie.

Power fermenter tempeh Le cul de poule

Un appareil pratique, léger, fiable et polyvalent

Je vous partage donc la recette que j’ai mise au point pour le Power Fermenter, dont l’énormissime avantage est de maintenir cette fameuse température constante sans aucune surveillance, et de réaliser le tempeh en 48h top chrono. Si vous habitez une région chaude, il vous suffira d’un incubateur isotherme. Si vous êtes bricolo, vous pouvez sans doute en fabriquer un (lire l’article de Mell Pigut sur sa fabrication du tempeh maison). Personnellement, ce petit appareil ultra léger, qui se range en un claquement de doigts dans un tiroir sans prendre de place (merci la forme carrée) me sied à merveille. D’autant qu’il est aussi possible de réaliser du levain, des boissons fermentées (Kéfir, ginger Ale…), des yaourts (je fais mes yaourts par 1 kilo 500g dedans), des petits-suisse végétaliens, mes crottins de soja au kéfir (qui se font sans mais qui fermentent bien plus vite avec et dont je vous partage la recette bientôt), des crottins de cajou, etc, et de nombreuses autres recettes.

Je n’ai jamais caché mon amour des robots de cuisine (dans ma future vie je serai démonstratrice chez Darty) et quand je vous en parle, c’est que je suis satisfaite à 100%. Pour preuve, le Cook Expert, Rolls des robots cuiseurs ne m’a pas du tout convenu, je ne m’y retrouvais pas. Là, il s’agit vraiment d’un outil qui propose un sacré gain de temps quand on vit dans des régions où le climat est doux, et qui permet d’accélérer la fermentation de nombreux produits tout en maitrisant la température et sur lequel j’ai plusieurs mois de recul et d’utilisation hebdomadaire. Et comme il y a un minuteur, on n’a pas à s’en occuper, il s’éteint tout seul.

Alors OUI, on fait la même chose sans, mais ça va bien plus vite avec !!

Ma recette de tempeh pour le Power Fermenter

Tempeh maison

Pour 500g environ

Ustensiles : Le pot marron / La passoire blanche

250g de fèves de soja (1) dépelliculées (2)

2 cs de vinaigre de cidre

1 cc (5g) de ferment Rhizopus spores (On en trouve en épicerie asiatique ou en ligne sur le site de Top Cultures notamment)

  1. Mettre les fèves de soja à tremper 24 heures en changeant l’eau une fois.
  2. Les verser dans un faitout, couvrir d’eau et porter à ébullition. Cuire 25 minutes.
  3. Egoutter les fèves 15 minutes, il ne doit presque plus y avoir d’humidité.
  4. Verser à nouveau dans le faitout, ajouter le ferment, le vinaigre et bien mélanger pour les répartir correctement.
  5. Verser les fèves dans la passoire(3), positionnée sur le pot marron. Tasser à l’aide d’une cuillère ou d’un verre.
  6. Placer dans le Power Fermenter et fermer avec le couvercle transparent.
  7. Programmer 48h à 30 degrés.
  8. Toutes les 12 heures, secouer le couvercle pour enlever le trop plein d’humidité afin d’éviter les moisissures sur le dessus.
  9. Au bout de 48h, une mousse blanche a enveloppé les fèves, le tempeh est prêt. Le démouler délicatement à l’aide d’un couteau rond et mettre la passoire à tremper dans de l’eau chaude et à l’aide d’une brosse frotter pour enlever les résidus.

Le tempeh se conserve une semaine au réfrigérateur, dans une boite hermétique. Vous pouvez ensuite le couper en tranche, en cubes ou en lardons.

Idées pour l’accommoder.

Le tempeh se prête à merveille à toutes sortes de marinades :

– Sauce soja, huile de sésame, ail, gingembre et sirop d’agave puis grillé à la poêle.

– Zeste de citron et pâte de curry puis le rôtir au four.

– De la fumée liquide pour réaliser de savoureux lardons.

– Il peut également se hacher pour se transformer en farce dans une sauce bolognaise avec des oignons et de la sauce tomate, ou pour garnir des légumes.

J’avais pris l’habitude avec le tempeh du commerce de le faire bouillir pour enlever son amertume. Avec celui-ci, je trouve qu’il n’y en a aucune, donc je le fais mariner directement !

Notes

(1) Le tempeh traditionnel est à base de soja, mais si vous êtes allergique, ou pour varier, vous pouvez le réaliser avec des pois chiches de la même façon !

(2) Le soja dépelliculé est la fève sans l’enveloppe. Essayez de le privilégier dans vos achats (quitte à le commander, ce que je fais par sachet de 5 kg dans ma boutique bio), cela vous fera gagner un temps fou ! Si vous trouvez du soja entier sous forme de petites billes jaunes, il faut le faire tremper, l’écraser grossièrement à l’aide d’un rouleau à pâtisserie dans un torchon fermé pour décoller le plus possible la peau. A la cuisson, ensuite, elle remontera à la surface et sera facile à éliminer avec une écumoire. Mais franchement, ça va bien plus vite quand cette étape est déjà effectuée.

(3) Avec la passoire vous obtenez 500g de tempeh, ce qui est déjà une bonne quantité. Si vous en désirez davantage, il est possible de caler dans le fermenter 3 faisselles rondes à fromages (voir photo) ce qui vous donnera 750g.

Tempeh maison - Le cul de poule

Parlons €conomies !

Le soja dépelliculé par sachet de 500g coûte en moyenne 2,70€, soit 5,40€ le kilo.

Sachant que 250g de soja permettent d’obtenir 500g de tempeh (entre le poids gagné à la cuisson + le ferment qui se développe) cela vous revient à 1,35€ les 500g de tempeh maison. 2,70€ le Kilo ! Au lieu de 18,00€ en moyenne acheté tout prêt. Alors excusez, je fais ma grosse radine, mais de la protéine de qualité, si goûteuse, qui se prépare en vraiment peu de temps car on n’est pas obligé.e de rester le regarder tremper, cuire, ou fermenter, moi je dis oui, et re oui.

Mes recettes sur le blog avec du tempeh :

Trois recettes à base de tempeh

Tempeh à la cacahuète et citron vert

Fromage fondu vegan

Fondue fromagère végétale

Les recettes excellentes de tempeh de La cuisine de Jean-Philippe et son hilarante présentation du tempeh !

 

Cet article n’est pas sponsorisé (je ne suis pas payée pour l’écrire). Dans le cadre de mon partenariat avec Warmcook, vous pouvez bénéficier d’une réduction du 10% sur tout leur site avec le code LECULDEPOULE (valable aussi sur les extracteurs et les faitouts basse température dont je vous parle souvent). Lors de votre achat, je percevrai une petite commission. Donc je m’enrichirai grandement. Donc je continuerai à écrire des articles et à tourner des vidéos. Et quand je serai assez riche, des gens gèreront la logistique de ma multinationale, je pourrai fabriquer du tempeh et du tofu  à acheter en vrac dans tous les magasins bios et mes salariés organiseront mes tournées aux 4 quatre coins du monde pour le cuisiner devant vous. Alors par avance, nous vous remercions. 

***

Et vous, team tempeh, ou plutôt crever sous un bus que de consommer cet aliment ?

 

32 commentaires sur “Préparer son tempeh maison avec le Power fermenter de Kuvings

  1. Merci de partager cette expérience. J’attends justement qu’il soit disponible au Québec et je sais maintenant que ce sera un excellent achat. Devenir Vegan est de plus en plus facile et savoureux. Au plaisir de vous rencontrer lors de votre tournée mondiale! 😉

    J'aime

  2. Bjr Mélanie,
    Tu sais toujours aussi bien vendre un produit et tu dois avoir une grande cuisine. Je n’aime pas le tempeh mais peut-être que je n’ai pas testé la bonne recette. Je suis plutôt seitan même si je me suis calmée dans sa consommation. Je ne sais pas si tu connais Melle Pigut qui fait aussi son tempeh maison. J’avais eu l’occasion de voir en vrai son tempeh et j’avais été vraiment épatée. La recette est sur son blog. Ton appareil me plaît bien par tout ce qu’il peut faire. A voir! Que penses-tu des machines à lait vgtaux? Un achat vraiment utile? Il y a la Soyabella avec sa petite boîte à fabriquer le tofu.
    Bonne journée!

    J'aime

    1. Bonjour Christel !

      Oui je connais très bien sa recette que je vais remettre en lien ! Mais chez moi le résultat est aléatoire, je n’ai pas réussi à reproduire un incubateur fiable et hermétique (je ne suis pas bricolo du tout 😉 ).
      Je connais la machine à lait végétaux mais j’évite les machines qui ne font qu’une seule chose, tous mes robots sont polyvalents car j’ai une grande cuisine MAIS nous sommes 5 donc c’est rempli car je cuisine beaucoup. Je fais mes laits avec mon blender (chauffant donc top pour le soja) mais il ne me sert pas qu’à ça.
      Belle journée !

      J'aime

      1. A voir peut-être du côté du blender chauffant. Ce serait pour le « lait » de soja. Pour les autres j’utilise le vitamix.

        J'aime

      2. Si tu as déjà un Vitamix dans ce cas pas besoin de mettre plein d’argent dans un super blender chauffant, un simple suffira amplement. Et franchement, seul le lait de soja nécessite une cuisson !

        J'aime

  3. Bon je t’avoue que le tempeh me rebute toujours…. mais bon vu tes arguments de future plus grande vendeuse de tout les temps ça me donne presque envie de re-essayer… je te dirais ! Bisous

    J'aime

  4. Je suis une grande fan de tempeh mais il commençait à me pourrir la vie au moment de passer à la caisse de mon magasin bio. Parce que 4€ les 200g ça fait vite grimper la note, surtout quand on en prend deux paquets comme la gourmande que je suis. Et puis bonjour tous les emballages plastiques qui partent à la poubelle.

    Je me suis donc mise au tempeh maison aussi.

    Perso, j’utilise l’Instant Pot qui me permet à la fois de cuire le soja hyper rapidement et ensuite de faire fermenter mon tempeh tranquillement à température constante (sur le mode yaourt). Ca prend entre 24 et 48h, selon les fournées.

    Le seul bémol c’est que je trouve qu’il est un peu fragile et ne se tient pas super bien. Je voulais absolument éviter les traditionnels sacs de congélation classiques donc je fais dans des tupps en verre pour le moment. Mais c’est pas top. Faudrait que je trouve un récipient plus adapté mais quand même sain.

    En tout cas, ça fait de très belles économies en effet. Je ne comprends d’ailleurs pas que le tempeh soit si cher à l’achat en magasin. Ca coûte 3 fois rien à faire et ça demande encore moins de manip que le tofu.

    J'aime

    1. L’instant pot est un peu pareil oui ! Peut être essayer de trouver un moule à charlotte (rond) qui rentrerait mieux dedans, quitte à le percer pour aérer et ne le réserver qu’à cet usage ?

      Concernant le prix, c’est vraiment comme le seitan, je comprends qu’on valorise la main d’oeuvre bien sur mais un tel écart entre le prix maison et le prix magasin, c’est du vol !

      J'aime

      1. Ben les tupps en verre rentrent très bien dans l’Instant Pot. C’est juste que comme il n’y a pas de couvercle, le soja est moins bien comprimé et donc se tient moins bien. Ou alors je presse pas assez.

        J’aimerais vraiment éviter tout contact avec du plastique mais je vais peut-être me résigner à acheter des tupps plastiques dédiés que je percerais.

        Pour le seitan, c’est extrêmement cher oui. C’est pour ça que je n’en achète jamais d’ailleurs. Mais ça me choque moins que le tempeh parce que le gluten (bio en tout cas) coûte une blinde je trouve. Et c’est plutôt ça que je trouve bizarre. J’ai du mal à croire que cela coûte si cher à produire. C’est 6 ou 7 € les 500g dans mon magasin bio donc 2 à 3 fois plus cher que le soja.

        Et ne parlons pas du prix du lait de soja ou lait de riz etc… en magasin. C’est cher payé les 90-95% de flotte d’une bouteille d’1l.

        J'aime

  5. Merciii ! Pour cette recette et le partage de ton expérience !
    Je rêve d’en faire moi-même depuis tellement longtemps (je fais partie des adeptes, ou plutôt des fans inconditionnels du tempeh !), mais le maintenir en étuve à température constante me posait pb.
    Bon, par contre, j’attends maintenant de pied ferme ta recette des crottins de soja au kefir et tes crottins de cajou (ils sont fermentés ?).. 🙂
    Je rêve aussi de pouvoir faire mon propre Natto, tu connais ? En matière de nourriture peu ragoutante à l’aspect gluant et fileux, c’est le must du must selon moi, bien pire que le côté moumoute du tempeh !
    Merci pour ton blog qui est une super source d’inspiration 🙂
    Maud

    J'aime

    1. Bonjour Maud,

      Non ! Je n’ai encore jamais trouvé de natto mais je suis vraiment très curieuse (et pas facilement rebutée par les allures chelou- bizarroides-qui font un peu flipper ^^)
      Je vais voir si ça se commande et surtout, comment ça se prépare !!
      Merci à toi !
      Mélanie

      J'aime

      1. Bsr Karine et Mélanie,
        Il existe du natto dans les boutiques alimentaires japonaises. Il y a le natto du Dragon qui est bio fabriqué à Draguignan vendu sur le site « Le marché japonais.fr » en quantité de150g et par lot de 3. Il est conseillé en général 50g par personne.

        J'aime

      2. Bonjour Christel,
        Merci d’avoir pris le temps d’indiquer le natto du Dragon.
        Je connaissais mais n’ai jamais franchi le pas de la dégustation 🙂

        J'aime

      3. Bjr Karine,
        De rien.
        J’ai franchi le pas suite à une recette et j’ai beaucoup aimé. Il faut dépasser l’aspect bizarre! Le natto du Dragon n’est pas donné +frais de port mais il y a de quoi faire avec les quantités et c »est bio, de France.
        Bonne fin de journée à vous.

        J'aime

  6. Bonjour Mélanie,
    Sitôt lu, sitôt commandé. Des petits sous arrivent dans ta tirelire.
    Je te fais confiance les yeux fermés, parce que le tempeh du commerce = beurk, beurk pour moi.
    Je me suis laissée tentée parce qu’ici on adore les from’jami au tofu lactofermenté et que ça aussi ça fait des trous dans le porte-monnaie. Alors je vais essayer d’en faire à partir de ta recette de crottin.
    Et comme on est encore en période de solde, ta réduction ajoutée m’a fait économiser 55 euros. Youpi!!!
    Merci Mélanie, des bisous tout plein…..
    Dominique

    J'aime

    1. Bonjour Dominique,
      Je suis touchée de ta confiance, merci !
      Clairement les économies réalisées sont rapidement effectuées quand on fait beaucoup de recettes maison !
      Pleins de bises et belle journée!
      Mélanie

      J'aime

  7. Bonjour Mélanie, on te suit depuis peu de temps sur ta chaîne YouTube et on apprend beaucoup de chose, moi et ma compagne. On te trouve très sympathique. Penses-tu faire d’autres recettes avec cette appareil le kuving power fermenter. Merci
    Bisous

    Bonne continuation

    Jérémy et Céline

    J'aime

    1. Bonjour,
      Merci pour ton gentil mot!
      Avec l’appareil tu as tout un livret de recettes. De mon côté je fais mes yaourts, mes crottins de soja fermentés au kéfir ( recette le mois prochain je pense, tout est prêt, mais histoire qu’on ne dise pas que ce blog vire au téléshopping 🙂 ). Je vais bientôt tenter de la crème fraiche de cajou et de soja, fermenté également. Une fois les ferments trouvés, c’est assez simple finalement.

      Au plaisir,

      Mélanie

      J'aime

  8. Bsr Mélanie,
    Je reviens sur mon achat de la carafe sous vide. Grosse déception! Il est indiqué sur le site de Warmcook 3 à 5 fois plus longue que dans des conditions traditionnelles. Je pensais donc que je pouvais garder le « lait » d’amande aussi longtemps qu’un « lait » industriel ouvert c’est à dire 4-5 jours sauf qu’au bout de 3 jours le « lait » n’est plus très bon, à peine buvable et au delà évier. J’ai fait pas mal de tentative mais toujours le même résultat. J’ai fini par penser que la carafe avait un défaut.
    J’ai fini par laisser un courriel à Warmcook et on m’a gentiment téléphoné. La personne m’a répondu qu’effectivement la conservation optimale est de 48h et qu’au delà le « lait » commence à perdre ses nutriments à ne plus être très bon. Je lui ai dit que « plus longue durée » signifiait plus de 2 jours selon moi. Elle m’a dit qu’elle allait voir pour inscrire sur leur site que la durée optimale est de 48h.
    Je ne sais pas si c’est pareil pour les jus verts. Bref! Rien de plus que le contenant que j’utilisais avant.

    Bonne soirée.

    J'aime

    1. Bonjour Christel, Je ne m’en sers pas pour les laits mais il me semble avoir lu que Cléa s’en servait pour cette utilisation? Je ne sais pas ce qu’elle en disait ? Pour ma part je conserve mes jus 48h dedans (jamais plus car comme nous sommes 5 ça part vite, et je vois bien la différence entre 48h dans une bouteille simple et avec le sous vide pour les jus, qui s’oxydent bien plus vite. Je n’ai jamais eu aucun souci quand je les ai gardé une ou deux fois 4 jours, rien n’avait bougé niveau saveurs.
      Effectivement, il vaut mieux qu’ils rectifient ce qui est écrit si le lait ne se conserve pas « 4 à 5 fois plus longtemps » !

      J'aime

  9. Je viens de découvrir ta recette de tempeh. J ai hâte de pouvoir faire des essais. Petite question pour la fermentation je ne pourrais pas utiliser une yaourtière ou fromagère ? Je me dis que c est le même procédé. Merci pour tes recettes elle m aide toujours autent et son si bonne

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s