Brandade de la mer végétale

« Maman, c’est vraiment trop bon ton plat ! Je peux me resservir ? »

Il y a des phrases, comme celle-ci, qui font chavirer ton petit coeur et qui te font passer du stade « Penser à faire adopter les enfants. Les trois. Vite. » à « En fait, je vais les garder un peu, ce sont juste des enfants après tout ».

J’aimais énormément le poisson, bien davantage que la viande. Mais d’une force… J’ai mis plus de temps pour arrêter d’en consommer d’ailleurs que la viande ou tout autre produit animal, et il a vraiment fallu que je suis honnête avec moi même sur cette question, que je me mette raccord avec mes contradictions. Non un poisson ne crie pas mais il ressent la douleur de la même façon qu’un animal terrestre. Non, on ne voit pas ce qui se passe sous l’eau des rivières ou des océans, et pourtant quel carnage, quel gâchis, quelle pollution si vous saviez, c’est une telle honte… A l’instar des animaux terrestres, qu’est ce qui m’autorisait à être fascinée par certains mammifères marins et à continuer d’ouvrir une boite de thon ou me faire de sandwich au saumon ? Rien. Rien à part le déni et la facilité.

La brandade était le plat que je dégainais fréquemment quand j’avais du monde, c’est un plat qui contenait à peu près tout ce que j’aime :

  • De l’ail (le reste est vraiment facultatif mais je ne voulais pas que mes invités aient faim en sortant de table)
  • De l’huile, beaucoup
  • Des pommes de terre
  • Du poisson
  • Du sel.

Et bien je vous le donne en mille, j’ai réussi à faire manger de la brandade de la mer végétale, avec des algues, à trois enfants et un grand monsieur absolument réfractaires à l’aliment en question. Je ne leur ai pas dit ce que c’était bien sur, j’ai été particulièrement fine sur ce coup. Pour ne pas dire très intelligente. Brillante, dirai-je même plus, et ils se sont resservis. Tous.

Ce plat a donc été voté à l’unanimité pour être le plat de Noël en famille (à caser entre la fondue que nous adorons et une raclette). C’est que je prépare des rôtis en croûte toute l’année voyez, alors ce n’est pas vraiment un plat foufou pour moi, j’aime autant une bonne brandade ! Je sais que beaucoup de gens aiment préparer des plats super raffinés pour Noël, mais moi, quand je sors de mon travail, pas du tout ! Je réfléchis à avoir des plats prêts d’avance (99,99% du temps), de beaux desserts, mais qui ne plombent pas le bidon, et très souvent c’est plus un très gros apéritif ou un repas simple mais qui change un peu, plutôt qu’un moment très codifié.

Cette brandade, accompagnée d’une belle salade de mâche, précédée d’ une terrine de châtaigne qui fait également toujours l’unanimité, ce sera un repas parfait !

Le « truc » bluffant de cette version végétale – super économique au passage, vous n’allez pas vous ruiner, c’est la présence des haricots blancs qui donnent du corps au plat en restant très discrets côté saveur, et l’algue wakame. Je ne l’ai pas choisie au hasard : non seulement c’est une algue dont la saveur iodée est bien présente mais pas du tout envahissante (vous n’êtes pas du tout en train de vous dire que vous mangez des algues, et comme sa couleur est d’un beau vert, une fois mixée et mélangée au plat, on dirait du persil.

MODE SOURNOIS ACTIVÉ, CHAUD DEVANT !

Ce plat peut se réaliser 48h à l’avance, se congeler sans aucun problème (pour les fêtes ou en portion solo). Il est particulièrement consistant, ne vous fiez pas aux apparences.

Pour 6 personnes

  • 1 kg de pomme de terre cuites et pelées
  • 300 g de haricots blancs cuits
  • 120 g d’algue wakame fraiche, bien rincée (rayon frais des magasin bios). C’est une quantité minimum, si vous aimez le goût vous pouvez en ajouter davantage.
  • 2 gousses d’ail
  • 5-8 cl d’huile d’olive (selon la cuisson de vos pommes de terre)
  • 1 cc de sel, poivre.
  • Levure maltée (facultatif)
  1. Ecraser ensemble au presse purée, ou à la fourchette, les haricots blancs et les pommes de terre encore tièdes, de façon à obtenir une purée rustique (surtout pas au robot, ça donnera de la colle).
  2. Dans un robot, hacher finement les algues avec l’ail.
  3. Mélanger les algues à la purée, saler, poivrer, et verser l’huile tout en mélangeant. Vous devez obtenir une purée moelleuse, pas sèche du tout. Rectifiez l’assaisonnement au besoin.
  4. Placer dans un plat à gratin, saupoudrer de levure maltée et enfourner 25 minutes à 180 degrés.

En mode jolie présentation, vous pouvez bien sur utiliser des petites cocottes individuelles.

 

–>Plein d’idées de repas simples pour Noël dans mon ebook dédié !<–

***

Et vous, plutôt petits plats dans les grands ou bonne franquette pour les fêtes (ou carrément rien à battre) ?

 

13 commentaires sur “Brandade de la mer végétale

  1. Bonjour Mélanie,
    Huuuummmmm la brandade ! Moi aussi j’adorais ça….. malheureusement dans tous les magasins bio de mon coin il n’y a pas d’algues fraîches …. est ce que je peux mettre des algues séchées en paillettes à la place ??? … Allez….dis oui !

    J'aime

  2. Je ne viens pas d’une région marine (l’Alsace) donc je ne connaissais pas du tout la brandade de la mer, mais ta recette a l’air top ! Par contre, un autre élément dans l’article m’a beaucoup intriguée, tu parles de raclette pour le repas de Noël, et je me demandais, quel fromage à raclette vous utilisez ? 😀
    Merci beaucoup pour ce partage en tous cas !

    J'aime

    1. Bonjour Selma,
      C’est un plat très classique en effe la brandade !
      J’utilise ma mozzarella pour nos raclette : https://leculdepoule.co/2016/09/26/mozzarella-vegan-sans-soja-sans-gluten-sans-huile-de-coco/ , ça fond nickel et je la parfume bien avant !
      Il y a aussi le No-muh Rac de vegusto qui est très bon, mais cher et uniquement en ligne. Je prends parfois les fromages râpés de la marque Bioveg qui fondent très bien également et que les enfants aiment beaucoup.
      Bonne soirée !

      J'aime

  3. Oh la brandade c’Est aussi un truc que j’adore et là avec le coup des algues tu fais très fort !!! Moi aussi j’aime bcp faire de grand plats tout simple genre hachis Parmentier lentilles patates douces …. C’est vraiment un classique à la maison

    J'aime

  4. Quelle bonne idée ! La brandade c’est un plat qui me fait envie quand ma moitié en achète pour lui seul (moitié encore un peu carnivore en dehors de la maison).
    Quand il y avait encore des petits ici, le repas de Noël c’était un assortiment de canapés salés et sucrés disposés ensemble avec art sur la table (un tableau de canapés en somme). Après tout, Noël c’est la fête des enfants et pas la grosse « remplissade « de panse des adultes. Même mon gourmand de beau-père était à la fête, pour une fois qu’il avait le droit de commencer par les dessert (hahaha !). Seul repas de l’année où il n’y avait pas d’obligation d’être assis à table et autorisation de jouer en mangeant, le pied.
    Aujourd’hui ils sont tous végétaliens ou végans, ils privilégient le « être ensemble  » plutôt que le « manger ensemble » et si je les écoutais ce serait repas de jus. Leur père en a les cheveux qui se dressent sur la tête. Alors ton idée de brandade est super bienvenue.
    Bisous
    Dominique

    J'aime

  5. Oui oui, à Noël, comme n’importe quel autre jour de l’année, on mange ce que l’on aime, à condition que ce soit bio, local, de saison, (végétalien pour certains) et que ça ne génère pas trop de déchets ! Et au final, ça n’est pas si compliqué que ça ! On le fait un peu sous la forme d’un gros apéro, où chacun « pioche » sur la table à sa convenance.
    Ceci dit, cette purée n’attendra pas Noël pour s’inviter chez nous ! Merci pour cette belle idée d’association pommes de terre/haricots blancs.

    J'aime

  6. Oh ça a l’air vraiment top, puis pareil on aimait bien manger de la brandade ! Mais c’est dommage qu’elle ne soit pas blanche l’algue… parce que faire croire que c’est du persil, ça ne va pas marcher non plus !!!

    J'aime

  7. Testée et approuvée ++++ ! La texture pomme de terre / haricots blancs écrasés est fondante. Je n’avais jamais trouvé de recette qui me fasse aimer les algues, et là, le mode sournois a bien marché sur moi 🙂 J’ai fait un grand plat pour moi toute seule (j’avoue, j’ai mangé l’équivalent de deux parts), donc en plus, j’ai des dîners déjà prêts pour la semaine (ou pour plus tard si je congèle). Merci Mélanie pour cette recette !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s