Comment mes goûts ont évolué au fil des années

Récemment, je vous ai parlé de l’importance d’une cuisine saine et gourmande et à quel point il était important, lorsqu’on change d’alimentation, de savoir que le palais s’éduque et évolue. Et ce, très rapidement.

On m’a demandé de préciser mon petit historique personnel, alors j’y ai réfléchi.

Je n’aborde pas du tout les raisons éthiques de mon changement puisque je suis devenue végétalienne, ainsi que mon mari, uniquement pour les animaux à l’origine. Mais le double effet Kiss Cool, c’est une meilleure santé.

Comment passe t-on d’une alimentation traditionnelle française, bien grasse, sucrée, à un alimentation très riche en légumes composées exclusivement de céréales complètes, de légumineuses et de sucre non raffiné?

Par étape, évidemment. Certaines ont fait l’objet d’une décision personnelle : j’ai toujours aimé la cuisine du monde, bien avant d’être végétalienne donc les légumineuses ont toujours eu une belle place. Dhal, chili, couscous, ces classiques ont été présents assez rapidement.

Beaucoup de légumes

J’ai toujours fait très attention à ce que je mangeais, et j’ai mis des années à trouver un équilibre psychologique avec la nourriture. Donc s’il y a eu beaucoup de ratés (comptage de calories, pas de bons sucres, pas de bonnes farines, auto-privations, …), j’ai toujours mangé beaucoup, beaucoup de légumes. Et mon éducation familiale a joué un rôle important puisque chez moi, mes parents, bien que davantage adeptes du bourguignon, pot-au-feu et poulet rôti, en cuisinaient aussi très régulièrement et j’ai toujours goûté à tout. Aujourd’hui, en y réfléchissant bien, il n’y a aucun légume que je déteste. J’en aime plus que d’autres, mais je mange très varié de ce point de vue là. Et avoir la chance de trouver des maraichers bios à quelques kilomètres, continue d’entretenir mon appétence pour cette catégorie d’aliment. Si je ne mange pas de légumes dans une journée, c’est bien simple, ça ne va pas. C’est vraiment la base de mon équilibre physique et psychologique en cuisine, et j’aime en manger.

–> Je ne peux que vous conseiller très fortement d’essayer d’en intégrer de plus en plus dans vos repas.

Une alimentation à faible indice glycémique

D’autres évolutions m’ont carrément été imposées. J’ai toujours beaucoup, beaucoup réalisé de pâtisseries, avec de la farine bien blanche, du sucre bien blanc. Les pâtes et riz blanc étaient mes céréales de prédilection. Mais lors de ma première grossesse il y a un peu plus de huit ans, j’ai fait un diabète gestationnel très important, dès le début, et il m’a fallu supprimer du jour au lendemain l’intégralité des sucres rapides de mon alimentation. La seule information que l’on m’a donnée au service diététique de l’hôpital, c’est « mangez des All brans au petit-déjeuner et du pain complet ». Et basta. Autant vous dire que je connais peu de céréales plus infectes, et que même 20g de pain complet explosait ma glycémie à ce moment là… Crevant de faim, je n’ai pas eu d’autres solutions que de me débrouiller seule et j’ai fait connaissance à cette période avec l’alimentation qui a commencé à révolutionner ma vie et ma façon de cuisiner : l’alimentation à faible indice glycémique (IG). Et autant vous dire que je suis quasi incollable sur le sujet.

J’ai petit à petit rempli mes placards de son d’avoine, de farine complète et semi-complète (qui ne m’ont jamais quitté), j’ai lâché le sucre blanc pour des sucres non raffinés, muscovado, rapadura, qui, s’ils ne sont pas à faible IG, sont bien plus intéressants nutritionnellement que le sucre blanc. J’ai découvert le sirop d’agave, ses avantages et inconvénients, le sirop d’érable, la mélasse.

J’ai complètement bouleversé ma façon de préparer des desserts. Même si ces derniers étaient végétariens les premiers temps, ils n’avaient plus rien à voir avec les précédents, certes très bons au goûts, mais très mauvais pour la ligne et la santé.

Un blog que j’aime énormément et qui m’a beaucoup aidé est celui, magnifique, de Marie Chioca, Saines Gourmandises. Elle n’est pas du tout vegan, loin de là, mais toute sa cuisine se base sur une alimentation à faible IG et elle propose de plus en plus de recettes vegan.

Le soja et les laits végétaux

Mon premier fils a été intolérant au lait de vache maternisé dès la naissance, comme beaucoup, mais on ne nous l’a pas diagnostiqué. Nous avons eu des mois, et des mois de galères. Quand le même calvaire a démarré avec le deuxième, par chance, ma sage femme nous a dit rapidement qu’il ne digérait pas le lait, tout simplement et que dévaliser toutes les pharmacies en quête de tétines high-tech ou de super-lait n’y changerait rien. Je me suis tournée vers le lait de soja maternisé et le problème fut réglé en deux jours. Nous avons donc continué sur ce lait, non maternisé ensuite, après ses un an. Et c’est donc à ce moment là que le lait de soja à fait son apparition dans ma cuisine et ma pâtisserie, avec des résultats absolument identiques à ceux du lait de vache.

Le passage à une cuisine végétalienne s’est fait sans trop de difficultés. Je cuisinais déjà beaucoup, mangeais souvent végétarien, et une fois la prise de conscience effectuée, tout s’est enchainé très vite. Le plus dur a été professionnellement car j’ai du tout réapprendre pour ne pas avoir à proposer des gâteaux au yaourt de soja en guise de pièces montées de mariage ! Là où certains tâtonnent longtemps, j’ai été forcée de me bouger très vite pour trouver des alternatives efficaces et gourmandes, en salé comme en sucré.

Comme beaucoup, j’ai d’abord cuisiné les substituts de galettes de céréales et soja, mais je n’ai jamais accroché. J’ai eu de mauvaises expériences avec le tofu, j’ai vite lâché l’affaire. Oui, vous savez, le tofu NATURE qu’on coupe en cubes et qu’on mange, NATURE. Ça vous parle ? Le coup de foudre arriva quelques mois après et depuis c’est l’amour fou. J’ai rapidement pris le pli de créer des assiettes qui ne ressemblent pas à des assiettes carnées car ça m’ennuyait (mais c’est personnel).

Y aller par étapes

Pourquoi se forcer à manger ce que l’on n’aime pas de prime abord?

  1. Je vais me répéter par rapport à d’autres articles, mais mon corps n’est pas une poubelle. Donc j’évite d’y mettre ce qui l’abime. Quand on étudie ou qu’on s’intéresse à la nutrition (la vraie, pas celle des lobbies), les aliments qui sont essentiels à une bonne santé et à un poids maitrisé sont l’eau, les légumes, les fruits, les céréales complètes, les légumineuses, les corps gras non raffinées, les épices et aromatiques. POINT.
  2. Je suis en bonne santé. J’ai la chance, immense, d’être en excellente santé, et mes trois enfants également. Ils ne sont jamais, jamais malades. Les minis rhume d’hiver ou gastro éclair, mais c’est tout. Et autant vous dire que je compte bien faire en sorte qu’on le reste le plus longtemps possible. Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent engendrer des maladies importantes, l’alimentation est le premier d’entre eux. Et notre alimentation, on la choisit.
  3. Je n’ai pas l’impression de me priver une seconde de quoi que ce soit en mangeant comme je mange. Un barbecue de saucisses grasses et carbonisées (vegan) ne m’a jamais éclatée. Depuis mon diabète gestationnel, je déteste tout ce qui est très sucré et gras en dessert et je suis très vigilante là-dessus avec mes enfants. Et non, je ne les « prive » pas de sucreries, j’essaie de leur en offrir de bien meilleure qualité. Cette question revient souvent « mais quand ils seront plus grands, où que vous n’êtes pas là ». Ils feront ce qu’ils veulent plus grands et ils choisissent ce qu’ils veulent quand nous ne sommes n’est pas là. Quand nous sommes présents, notre rôle c’est de les éduquer et je considère que la santé par l’alimentation est une priorité. Au même titre que la politesse ou la lecture.
  4. Le palais est un « outil » qui évolue très vite et qui s’adapte. Preuve en est qu’il faut souvent proposer plusieurs fois un légume à un tout petit avant qu’il l’accepte et se soit familiarisé avec ce dernier. Et c’est valable à l’âge adulte. Choisissez un légume, une céréale que vous ne consommez jamais et intégrez-la au fur et à mesure, quitte à la mélanger avec une autre. C’est comme ça, qu’ici, mes enfants adorent le mélange riz et sarrasin alors qu’ils boudent ce dernier tout seul. De la même façon qu’on apprend à manger différemment, on peut désapprendre certaines saveurs. Je vous ai parlé du sucre qui désormais m’est désagréable en grande quantité.
  5. Une des peurs fréquentes envers l’alimentation végétale est la part importante de légumineuses et de céréales complètes qui, de part leur richesse en fibres, peuvent occasionner des troubles de la digestion : maux de ventre, flatulences, constipation ou diarrhée… Passer d’une alimentation patates sautées-côtes de porc-fromage blanc à une alimentation riche en fibres est effectivement très perturbant pour les intestins. Il faut y aller progressivement et votre corps peut mettre plusieurs jours voire plusieurs semaines pour s’habituer. C’est tout à fait normal. Et il y a plusieurs astuces pour bien les digérer dont je vous ferai part prochainement.
  6. Enfin, j’ai toujours, absolument toujours fait en sorte que ma cuisine soit non seulement saine (la grosse majorité du temps) mais aussi réjouissante à manger. C’est indissociable et c’est pour cela que je n’ai aucun regret ou nostalgie de mon alimentation passée. Je n’aime pas ce qui est mal présenté, je déteste la cuisson à la vapeur, je n’aime pas le tout cru, je n’aime pas manger la même chose trois repas d’affilés. J’aime les plats rôtis, mijotés, j’aime les jeux de textures, j’aime la couleur, j’aime me faire plaisir avec du tofu grillé, du tempeh caramélisé en douceur, j’aime les pâtes avec du bon pesto, j’aime le risotto avec du parmesan d’amandes, j’aime le riz cantonais avec plein de champignons, j’aime… que la cuisine ne soit pas fade. En goût, en présentation, en texture. Cela ne signifie pas passer des heures en cuisine mais avoir toute une gamme d’aides culinaires  pour s’aider. De cette façon, j’ai toujours plusieurs sauces au frais, des parmesans, de la chapelure, des graines, beaucoup d’épices, de la salade toujours lavée pour agrémenter mes assiettes, des condiments pour mes marinades, etc. Cela peut prendre du temps avant de savoir ce qui vous fait plaisir mais y réfléchir permet de l’adapter en cuisine végétale.

Par exemple :

  • J’adorais les fritures, que je digérais pourtant très mal. J’ai découvert la cuisson des légumes et pommes de terre rôtis au four et j’en suis une inconditionnelle depuis. La texture est absolument fabuleuse, essayez une butternut coupée en lamelle, avec des épices, deux cuillères à soupe d’huile et c’est tout. Délicieux. Mon papa, viandard ascendant carnivore, est tombé amoureux de cette cuisson que je lui ai faite découvrir, pour tous les légumes, et surtout les courges, et la prépare très souvent ! Il nous l’a servi à Noël avec un fabuleux mijoté de coco de Paimpol à la tomate, romarin et ail confit. Un grand plat de cuisine typiquement française. Vegan.
  • J’adorais tout ce qui était fumé (lardons, saumon, fromage, etc). Le paprika fumé et la fumée liquide m’ont permis de retrouver cette saveur à la perfection avec des aliments végétaux, tofu & tempeh principalement, mais aussi dans des sauces barbecues maison, ou récemment dans des carottes fumées à Noël !
  • J’aimais manger des aliments qui venaient de la mer. Et avoir apprivoisé les algues me permet au travers de terrines, de rillettes, de tartares de continuer à profiter de ces saveurs si particulières.
  • J’aimais les sandwichs, et je ne me suis jamais autant éclaté à en manger que depuis que je suis végétalienne.
  • J’ai été élevé dans la sacro-sainte religion des plats en sauce. Et aujourd’hui je continue. Sauce vin rouge et échalote, gravy, cajou-citron, tahin et estragon, purée d’amande et pois chiches, etc. Quelques bases et on arrose un simple plat de légumes avec gourmandise.
  • J’adore manger gras et salé et… mon dieu, j’ai du mal à arrêter. Mais je souffrirais beaucoup qu’on me prive de sel un jour pour raison de santé, alors je préfère essayer de me déshabituer seule avant. D’autant que je suis une très grande nerveuse, et que cela pourrait beaucoup jouer dessus, je croise les doigts. De plus, quand je vois que mes enfants salent par automatisme, il y a urgence ! Quand au gras, (beaucoup ont été interpellé^^) je veux diminuer les huiles, pas les corps gras dont le corps a absolument besoin ! Ne pas mettre 3 cs d’huile pour faire revenir 2 oignons, ne pas manger du pesto avec 20 cl d’huile pour 400g de feuilles (aaahhh que c’est bon !). Limiter les gâteaux avec de l’huile car j’en fais plusieurs fois par semaine. Si on calcule la quantité d’huile qu’on ingère par jour, c’est quand même impressionnant, pour ma part, entre les cuissons, les gâteaux, les sauces, les vinaigrettes…

–> Je vous avoue que je suis tentée depuis un moment de proposer un petit challenge aux débutants, sous forme de défi hebdomadaire (ou mensuel?) pour végétaliser et assainir (bouh quel vilain mot!) le quotidien de plus en plus, mais je ne sais pas trop si cela peut vous intéresser, ou s’il y a beaucoup de végétaliens aguerris ici?

Prêter une attention particulière à sa santé et donc à son alimentation, ce n’est pas un privilège de riche, ce n’est pas se regarder le nombril et ce n’est pas faire l’apanage de la minceur à tout prix. Etre bien dans ses pompes n’a pas grand chose à voir avec le nombre de kilos sur la balance. Je connais quantités de femmes très minces et insatisfaites, et à l’inverse, des femmes qui ont totalement accepté leurs rondeurs et qui sont très épanouies. Néanmoins, avoir beaucoup de kilos superflus, c’est s’attirer de nombreux troubles au niveau de sa santé et essayer de les diminuer ou de les éviter, c’est toujours des risques en moins.

Essayer de varier son alimentation et diminuer jusqu’à supprimer tous les aliments nocifs me semble dès lors essentiel. Cele ne signifie pas manger que des aliments utiles. Genre, la troisième part de brioche des rois ou le deuxième bout de fondant à la patate douce, ils n’étaient pas hyper essentiels à ma santé tu vois, pas plus que les trois rations de tempeh (très) grillé, la double dose de fromage fondu sur la pizza ou les 400g de frites de la kermesse chaque année. C’est un équilibre au long cours.

 

J’espère que cette grosse tartine ne vous aura pas barbés, rappelez vous simplement que manger sain n’est pas synonyme d’ennui, que changer ses habitudes est progressif et que ce devrait être une attention de tous les jours, ou presque.

46 commentaires sur “Comment mes goûts ont évolué au fil des années

  1. Non seulement ta grosse tartine ne m’a pas gavée mais j’en redemande !
    Et partante pour le challenge de végétaliser mon alimentation. Après la lecture de  » Comment ne pas mourir » du Dr Greger, j’ai décidé qu’il était urgent de me responsabiliser quant à mon alimentation ( j’ai 60 ans et quelques signes annonciateurs de problèmes à venir si je ne change rien).

    J'aime

  2. Bonjour Mélanie,
    Très bel article encore une fois!
    Et le challenge pour débutants vers le végétalisme me tente bien. Végétarien c’est fait, mais mon gros problème, c’est avec les oeufs, j’ai vraiment beaucoup de mal à m’en passer. Même si j’en mange beaucoup moins, je me laisse facilement tenter par une petite omelette où des oeufs au plat. Et pourtant l’omelette pois chiches n’est pas mauvaise du tout je reconnais.
    Alors avec un petit coup de pouce je vais y arriver, j’espère.Merci pour tout
    Belle journée Arlette

    J'aime

    1. Bonjour Arlette,
      Il est vrai que les oeufs, en plus de leur bon goût représentent surtout un plat rapide minute et pas cher. Si l’omelette de pois chiches est très bonne, elle n’en a pas le goût ni la rapidité d’exécution en effet. Pour les plats minute, j’ai presque toujours du tofu au frigo, qu’il me suffit de découper et de faire sauter très rapidement ! Je vais préparer ce petit challenge (tout simple hein !).
      Plein de bisous.

      J'aime

  3. La tartine n’est pas barbante, et la perspective d’un challenge totalement réjouissante ! Ton blog a déjà fait beaucoup pour ma transition vers une alimentation végétar(l)ienne, je suis prête pour le niveau suivant…

    J'aime

      1. naméhooooooooooooo !! tu veux rire??
        j’en apprends à chaque fois avec toi (et … oui ! je te l’avoue… avec qques autres aussi …)
        mais je ne suis qu’une toute jeune débutante moi ! je trafique, je tortouille, j’échange, je modifie mais c’est tout !!
        pf
        kessétébête parfois ……
        [ fille sur son vélo qui pédale d’un air hautain : ON ]

        Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Christel,
      Dans ce cas je ne pense pas que tu vas apprendre quoi que ce soit puisque je pensais à apprendre à remplacer petits à petits les aliments carnés dont on a du mal à se défaire 😉
      Mais tes témoignages seront plus que bienvenus !
      Belle journée,

      J'aime

  4. Toujours intéressante à lire au contraire.
    Mes goûts ont changé avec le temps et la végétalisation progressive de mon alimentation, mais aussi avec le fait de consommer de saison et de varier les céréales. Tellement de découvertes !!! Ce qui est plus dur pour moi c’est de réduire l’appétence au gras/salé et aussi croustillant/frit.
    Tes challenges pourraient être sympa à découvrir !

    J'aime

    1. Bonjour,
      Je crois que nous avons le même problème alors ! Mais en essayant de diminuer déjà, c’est pas mal.
      Et il est clair que le fait de manger de saison et bio fait carrément redécouvrir le vrai goût des légumes ! Et le palais s’habitue progressivement.
      A bientôt !

      J'aime

  5. Je suis partante pour un défi ! Ça permet d’apprendre et de prendre de bonnes habitudes doucement, ce qui est un peu dur parfois, il y a tellement à faire qu’on ne sait pas quel bout commencer ! J’ai beaucoup ton blog et ta vision de l’alimentation, j’en discute souvent avec mon conjoint, merci pour tous ces articles ! Cha

    J'aime

  6. Bonjour
    Merci beaucoup d avoir pris le temps d écrire cet article passionnant. J ai découvert votre blog il y a pas longtemps, c est tout à fait e que je recherchais, conseils, recettes, explications.. Merci
    Je voudrais bien essayer le challenge, si j y arriverai 😊

    J'aime

    1. Bonjour Salomé,
      Il n’y aura rien de compliqué, simplement une ligne directrice mensuelle pour essayer de végétaliser et de manger plus équilibré (les deux ne vont pas forcément de pairs 😉 )
      A très bientôt !
      Mélanie

      J'aime

  7. Coucou, moi aussi je suis partante ! Étant en congé maternité, je profite d’un peu de temps pour expérimenter des recettes saines, rapides et adoptées par la famille. Mon grand combat est contre la malbouffe industrielle appreciee et fournie par mon cher et tendre…

    J'aime

    1. Bonjour Émilie,
      C’est dur de se déshabituer de la bouffe industrielle car elle est très salée et grasse (et donc pleine de saveurs addictives) mais quand on commence à la lâcher, difficile de revenir en arrière !
      J’espère que tu y trouvera des solutions dans ce cas, n’hésites pas à me dire ce qu’il aime manger, ça peut me donner des idées pour remplacer ces aliments !
      Mélanie

      J'aime

  8. Bonjour Mélanie. Article passionnant et très bien écrit : quelle verve ! Et tout ça, comme d’habitude, me motive sacrément …. Pour le challenge, je ne suis pas sûre du tout de suivre concrètement l’affaire mais en visionnage sur le
    blog, aucun pb ! Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Ce petit challenge ne concernera pas tous les articles, loin de là. Simplement donner une ligne directrice avec des petits exercices et informations pour le mois 😉
      Bonne journée !
      Mélanie

      J'aime

  9. Merci beaucoup de prendre le temps d’écrire tout cela, et j’apprends beaucoup avec tes « tartines », alors ne t’arrête pas, merci encore. Ton blog est une source non seulement d’inspiration mais également de réflexion et de remise en cause. je chemine vers une alimentation différente, moins carnivore, plus locavore, plus simple et plus gourmande pour tous. Alors un grand merci 🙂

    J'aime

  10. Bonjour, comme dab je bois tes paroles ou je mange ta tartine !!! lol
    Prête à relever ton défit, pas végétalienne mais de moins en moins carnivore. Je suis toujours curieuse de nouvelles recettes et de nouveaux goûts ……
    Tu es mon livre de chevet !

    J'aime

    1. Bonjour Sabine,
      Ce défi d’adresse à tous, et surtout à ceux qui veulent changer un peu donc j’espère que tu y apprendras quelques « trucs » 😉
      Merci beaucoup pour tes commentaires !
      Mélanie

      J'aime

  11. Tartine très digeste 😉 Je tends vers une alimentation plus végétale et plus saine. Les découvertes de cette cuisine me ravissent et il y a tant d’habitudes à changer. Je le fais pour moi, mon conjoint et nos trois enfants. Être capable de savourer une cuisine bonne pour eux et notre environnement est sûrement un beau cadeau à leur faire.
    Très curieuse de ton challenge aussi.

    J'aime

    1. Bonjour,
      C’est vrai qu’il y a beaucoup à changer et qu’il faut y aller en douceur pour ne pas se retrouver avec des manifestations et des grévistes à tables !
      Et je crois aussi que c’est un très beau cadeau à leur faire. Ils voudront forcément tester par eux-même, et pas forcément ce qu’on leur a appris, plus tard ! Mais les ouvrir à tout c’est toujours du plus pour l’avenir !

      J'aime

  12. C’est toujours un plaisir de te lire… Ta tartine est un régal. Moi aussi j’aime beaucoup le blog de Marie Chioca, et ses livres…
    Est-ce que tu ne nous ferais pas un article plus dédié à l’alimentation à IG bas s’il te plait ?,
    Très belle journée !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Nadine,
      C’est toujours un régal pour moi les photos de Marie Chioca. je la suis depuis ses tout débuts et je ne me lasse pas. Certains de ses livres sont de vraies bibles pour moi, notamment celui sur la boulange bio. Je regrette qu’il n’y ait pas plus de recettes végétales car je suis certaine quelles seraient époustouflantes.
      C’est une bonne idée d’articles oui, je le note !
      Bises
      Mélanie

      J'aime

  13. Tartine très digeste pour ma part, et on en redemande !!
    et POUR à 400% pour un défi !! Ns ne sommes pas végétaliens (encore) mais j’essaie de cuisiner ++ sainement même si les légumes sont quotidiens ici , il y a encore des efforts à faire .
    Et pour ma part, les deux choses les + difficiles à virer seront le beurre (vive l’enfance passée avec le beurre à table!) … et les œufs .. (là faut virer les poules du coup !)

    Et autre chose, complètement HS : tes enfants mangent à la cantine ? comment gère t-il leur alimentation ? Ici mon ainé qui est carnivore, mange non seulement sa portion.. mais aussi celle des copains .. (en plus des bonbons casi quotidiens ramenés par les copains ARGHHHH … )

    J'aime

    1. Bonjour Sabrina,
      J’ai répondu à cette question dans ma dernière vidéo, je t’invite à aller regarder 😉
      J’espère que ce petit défi t’aidera à changer ce que tu souhaites !
      Les goûts des enfants sont complexes car en perpétuelles évolutions et c’est vrai qu’il faut être source de proposition… et d’ingéniosité^^ Mes enfants ne voulaient jamais manger de fruits jusqu’à ce que je leur parle du scorbut et que je leur montre des photos de pirates (leurs IDOLES) sans dents en expliquant qu’ils allaient devoir manger de la soupe toute leur vie. Depuis, ils se servent tout seuls. Héhé.

      J'aime

  14. Merci pour ton article, je suis tombée dessus par hasard. Je ne suis pas végétalienne mais je mange moins de viande qu’avant… J’explique le cheminement de mes questions de mon blog justement. 🙂
    J’ai aussi remarqué que mes goûts ont énormément évolué… et c’est assez incroyable.
    Bonne journée et à bientôt !
    Jessica

    J'aime

  15. Bonjour,
    Je suis au stade ou je lis beaucoup (adepte++ de Marie Chioca) , où je teste beaucoup (des reussites mais pas mal de ratés !) et je viens de decouvrir ton blog. Ma petite famille et moi mangeons moins de viande et plus de legumes mais ça reste difficile côté organisation et goûts (3 ados….). Je ne désespère pas d’y parvenir et j’adore lire tes articles. Tout paraît tellement facile en te lisant !!!!

    J'aime

    1. Bonsoir Maëlle,
      Une autre fan de Marie Chioca alors ! Je bois ses photos à chaque fois !
      Et j’imagine qu’avec 3 ados c’est autrement plus difficile qu’avec des enfants en bas âge qui n’ont pas encore pris goût à la viande et au poisson (même s’ils en mangent à la cantine de temps en temps, c’est rarissime). Ne désespère pas en effet, la seule chose que tu puisses faire c’est proposer, essayer et ils feront le reste tout seul, ou pas. Je pense que l’impact du groupe est fort à l’adolescence et se démarquer des copains n’est pas forcément une priorité pour beaucoup mais déjà, de savoir qu’il existe d’autres façons de s’alimenter, c’est ouvrir le champ de vision !

      J'aime

  16. Bonjour Mélanie,
    J’ai découvert ton blog par hasard et j’apprends beaucoup avec tes articles et vidéos.
    Je ne suis pas Vegan mais j’accorde une grande importance à la qualité de l’alimentation en particulier depuis que j’ai eu des enfants et que mon fils a été allergique aux protéines de lait de vache. Je me suis tournée vers des aliments que je ne connaissais pour rendre ses repas moins monotones mais sans succès. Mes enfants sont difficiles mangent pâte et viande alors que des légumes sont proposés à chaque repas !
    Je trouve que l’on est inondés de conseils nutritionnels contradictoires et culpabilisants et qu’il est très complexe de faire un tri.
    J’aimerai me tourner vers une alimentation bio je le fais au maximum mais le budget coince. Certaines habitudes comme les compotes en gourdes au goûter sont irremplaçables 😊. Je suis partante donc pour ce challenge, pour diminuer les produits carnés et faire accepter des légumes à mon fils de bientôt 5 ans ( je ne désespère pas ça fait 5 ans que j’essaie ! )
    Encore merci pour ton blog. Tu as changé mon regard sur les Vegan que je trouvais extrémistes !

    J'aime

  17. Merci pour ton blog! J’adore!
    Découvert par hasard en cherchant des idées repas sans protéines animales pour le soir pour ma fille (2ans) et mon mari (une soupe de légumes tous les soirs me conviendrait très bien) bref j’ai découvert bien plus avec ton blog!
    Depuis je suis allée pour la première fois dans un biocoop ( un nouveau monde , de nouveaux aliments…. perdue!)
    Je teste des maraichers bio de proximité!
    J’ai acheté du rapadura, ma fille étant très sucrée … le résultat dans un gâteau:gout ok, mais texture sèche…
    De la farine complète, du petit épeautre, de la purée d’amandes……mais au final je ne sais pas trop en quelque quantité mettre en remplacement des produits raffinés…et dans quel repas…. donc cette idée de petits challenges est top!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s