(VIDEO) FAQ #1: B12, entourage, L214 et plats préparés

Informations vérifiées et fiables sur la B12 (beaucoup de fichiers et d’échanges) : Groupe Facebook Vive la B12

– Vitamines B12 / VEG1 :
https://www.boutique-vegan.com/fr/alimentation/Veg1-Orange.html

– Vitamine D Vegan
* Enfants : https://www.dplantes.com/vitamine-d3-vegetale.html

* Adultes : https://www.dplantes.com/vitamine-d3-vegetale-1000ui-spray.html

* L214

Mon livre papier TOFU

Mon EBOOK Sandwich Vegan
Mon EBOOK Fêtes de Noël végétales

11 commentaires sur “(VIDEO) FAQ #1: B12, entourage, L214 et plats préparés

  1. Merci Mélanie pour votre sourire, votre franc-parler, vos non-conseils (chacun fait comme il lui veut …), vos coups de gueule (eh oui, il y a des obtus qui n’acceptent ce que chacun sait pertinemment qu’après avoir vu les horreurs de leurs yeux (merci à L214 et PETA)), et pour cette façon de ne pas être méchante (mais un peu quand même….si-si) avec les bisousnours (dont la méthode fonctionne très bien, mais qui demande plus de temps).
    Vous me rappelez un peu ma fille (un peu bagarreuse, un peu avocat des causes perdues) qui, à 3 ans, disait « Je n’attaque pas, je me défends d’abord ! ».
    Avec le recul et l’expérience (j’ai 59 ans), je trouve que vous donnez une bonne éducation à vos enfants. La clé de la réussite c’est le compromis et l’endurance. C’est ce que j’ai fait. A l’époque le débat ne portait pas sur la cantine (ils détestaient ça) mais sur le McDo et le kebab pour faire comme les copains ados. Un seul repas par semaine, l’un ou l’autre, malgré le grand trou dans mon cœur de les savoir ingurgiter tant de cochonneries. Mais à force de répéter, de démontrer, de donner l’exemple, ils sont tous les 3 végétaliens (ainsi que leurs moitiés).
    Je suis ok avec vous en ce qui concerne les plats préparés du commerce. C’est une aberration d’acheter ça. D’abord sur le plan financier, si on rapporte les prix au kilo de chaque ingrédient, c’est à tomber à la renverse. Ensuite sur le plan santé, au delà d’une prise de poids inévitable au regard du sucre, des épaississants et autres E…, ça remplit le ventre mais ça ne nourrit pas le corps. Et cerise sur le gâteau, les gens réchauffent ces plats au micro-ondes. Bienvenue aux maladies de civilisation. En plus, ça n’aura jamais le goût du frais fait maison.
    Pourtant, il y a un aliment pour lequel je n’ai pas d’autre choix que l’acheter tout prêt. C’est le Tofu. Je vous avais dit dans un précédent post, que le tofu et moi c’est une longue histoire de désamour. Pendant les vacances de Noël, je me suis lancée dans la fabrication de mon tofu dans l’espoir d’une réconciliation. Et bien, les fées ne se sont pas penchées sur ma cuisine, elles avaient mieux à faire ailleurs. J’ai laver les graines à plusieurs eaux, leur ai parlé doucement, les ai mises à tremper, avec changement de bain matin et soir pour les amadouer. Mais soudain ma maison s’est transformée en ruche, il y avait toujours quelqu’un, quelque chose, jamais assez de temps pour cuire les graines de soja. Au bout de 5 jours, ça sentait vraiment mauvais, ça n’a même pas germé, j’ai tout jeté. Je vais chez Biocoop ce week-end, je reprends un paquet de graines et je retente la semaine prochaine. Faites la danse qui apaise le dieu Tofu pour moi, SVP.
    Je n’écris pas souvent, mais c’est toujours une tartine. Je vais lasser alors je vous fais des bisous, Mélanie.

    Aimé par 1 personne

      1. Coucou,
        Au risque d’avoir l’air de me contredire : il y a les mêmes ingrédients dans le tofu nature du commerce et dans celui fait maison donc franchement pour ceux qui ont la flemme, autant l’acheter ! D’autant que les versions familiales en 500g sont vraiment peu coûteuses. Je privilégie le fait maison pour les tofus que je veux parfumer moi même et pour une question de coût par rapport à ceux qui sont déjà parfumés. Mais c’est un des rares aliments qui soient nickel en terme de composition, donc hormis le procédé qui certes est industriel (mais ce n’est pas toujours négatif quand la qualité des ingrédients est au RDV : prenons les pâtes, franchement, c’est pareil, blé, sel et basta, Certes les pâtes maison c’est incomparable en goût mais ça prend un temps fou alors qu’en acheter en vrac… Je mets le tofu dans le même panier : pas cher et composition identique à une compo maison.
        Des bisous !

        J'aime

    1. Bonjour Dominique,
      Merci pour cette grosse tartine. C’est vraiment très intéressant d’avoir des avis autres et des comparaisons. Je comprends tout à fait pour le Mcdo : bien que mes parents l’aient toujours évité, arrivée à l’âge adulte, et étudiante, j’ai fait comme mes amis, j’y suis allée un peu aussi. Et puis, mon éducation à très vite repris le dessus et je l’ai vite fuit ! J’ai répondu juste au dessous pour le Tofu, il ne faut pas confondre produits industriels fabriqués à grande échelle mais qui contiennent les mêmes ingrédients que si on le fabriquait nous même, ce qui est le cas du tofu, des pâtes, de la sauce tomate (sans sucre!), etc et qui facilitent la vie, et ceux bourrés d’additifs.
      Mes enfants ont détesté la cantine les premières années de leur scolarité mais l’effet groupe (normal !) à pris le dessus et c’est davantage pour rester avec leurs copains que pour le repas qu’ils souhaitent y rester le midi. Alors plutôt que d’être dans le refus systématique et la frustration, il n’y a plus de disputes.
      Quant à mon caractère, je crois que c’est fichu maintenant. Pour autant, je ne suis jamais agressive avec les curieux et ceux qui sont ouvert à la (vraie) discussion. Les obtus et la mauvaise foi, c’est un autre débat. Mais il parait qu’on devient plus sage en vieillissant, alors j’attends !
      Très belle journée et merci beaucoup d’avoir pris le temps d’écrire ce mot.
      Mélanie

      J'aime

  2. Bonjour Mélanie,
    Je ne suis pas sure que tout le monde devienne sage en vieillissant si je me réfère à ma mère qui, à 77 ans, est plus révoltée que jamais par le sort fait aux animaux, aux enfants et aux plus faibles sur cette planète. Elle tempête tous les jours contre l’injustice….Et je crois que dans ce qu’on appelle « sagesse » il y a une grande part de lassitude à se battre contre les moulins.

    Trêve de philo, je reviens au tofu.
    C’est justement parce que je le voudrai parfumé avec mes épices que j’aimerai le faire maison (comme tout ce que je cuisine). Parce que dans le commerce (pour moi Biocoop), c’est toujours les mêmes goûts et que je trouve le tofu fumé un peu caoutchouc et pas très digeste à cause justement de cette texture. J’espère que le tofu maison est plus moelleux tout en se tenant bien quand même.

    Petit aparté pour Résé : j’avais bien pensé à une réunion « tofu », mais les kilomètres en nous toutes sont un peu rédhibitoires. Il vaut mieux continuer d’acheter son tofu, on amortira jamais le coût des voyages…
    Et puis c’est frustrant de ne pas réussir quelque chose d’aussi simple. Les pâtes je ne les fais pas, on en mange très peu. Mais les sauces tomates, c’est maison. J’achète un trentaine de kilos tous les étés et je consacre plusieurs jours à la confection de bocaux pour l’année. La tomate c’est mon incontournable à moi. Dès qu’on habite à la campagne, je lui consacre un grand coin de potager.

    Je vous envoie dès demain matin un courrier avec une commande et un chèque pour 3 livres « Tofu ».

    Des Bisous et des encouragements.

    Dominique

    J'aime

  3. Bjr Mélanie,
    J’aime ta pêche et ton côté cash qui fait un bien fou. Cela me fait bien sourire que l’on considère L214 comme extrémiste. 269 life est bcp plus dure dans ses actions si on peut dire. Comme quoi cela dépend de quel côté on se place. Je trouve ce que fait L214 est fondamental et absolument nécessaire mais j’ai du mal à sortir le « vin végane » de youpi quand j’entends dire que Leclerc ou autre ne vendra plus d’oeufs en batterie sous sa marque sachant le sort réservé aux poussins mâles oeufs bio ou pas, batterie… C’est d’ailleurs grâce à une conférence de Brigitte sur le sort des poussins mâles que j’ai totalement arrêté les oeufs.
    Entièrement d’accord sur les plats cuisinés. J’ai souvent été la casse pied de service sur des groupes vg sur FB qui applaudissent dès qu’un nouveau produit végane sort sur le marché. D’autant plus que pas mal de choses peuvent se faire maison mais effectivement tout le monde n’aime pas cuisiner. Sur un de ces groupes une jeune femme vgtalienne débutante avait claqué 100€ chez Un monde végan et consommé le tout en moins d’une semaine. Bon elle a compris qu’il fallait qu’elle modère ses achats mais je trouve dommage que sur des blogs ou groupe FB les légumineuses ns soient pas plus valorisées, ni le fait maison. Bref! Un vaste débat.
    Concernant la vit D en consommes-tu quotidiennement?
    . Je suis en parcours reconversion pour cause de santé. La psy du bilan de compétence m’a soutenue mordicus que si on est carré, ordonné, perfectionniste… au travail, on l’est forcément à la maison et vice versa. Tu prouves que ce n’est pas automatique. J’aurai plein d’autres choses à dire mais je vais arrêter là ma longue tartine.

    J'aime

    1. Coucou Christel !
      Ah non, ce n’est pas automatique mais c’est vraiment une question de volonté (d’entretenir ce lâcher prise). Pour mon boulot, je prépare des repas pour en moyenne, 70 à 150 personnes chaque weekend pendant plusieurs mois. Il m’est absolument IMPOSSIBLE de travailler à l’arrache sous peine de couler net. Je fais des listes de courses colossales, j’ai de nombreuses commandes, des plannings de fabrication très conséquents, du personnel à gérer, et tout cela, bien qu’ayant l’habitude depuis toutes ces années, est une grande source de stress. Peur d’oublier, de rater, … Donc c’est une vraie volonté chez moi d’effectuer un relâchement important sur les taches du quotidien.
      Concernant le côté casse pied, je te rejoins, on me dis souvent que c’est une avancée si les gens peuvent avoir d’autres choix, qu’il ne faut pas trop leur en demander, déjà ils changent leur habitudes. Apprendre à mixer des lentilles avec du riz pour faire des boulettes me semblent être un bien meilleur apprentissage. Et si on n’aime pas cuisiner, du brut. Et de temps en temps des produits transformés. J’ai beau répéter que je tiens ce discours à titre d’information, on se braque quand même. Moi je me fous de ce que les gens mettent dans leur assiette ! Ça n’a aucun impact sur ma vie. Mais quand tu lis ceux qui digèrent mal, qui prennent du poids, qui dorment mal. Faut pas chercher beaucoup plus loin la plupart du temps !
      Quand au combat pour les oeufs, la politique de L214 est clairement abolitionniste mais soyons honnête, cela ne se fera pas en une étape, ni en une année, et encore moins avec de gros groupe qui ont des intérêt financiers énormes. Ce sont des petits pas. Beaucoup trop lents pour nous, mais ce sont quand même des petits pas. Améliorer le quotidien avant, je l’espère un jour, de les libérer complètement, c’est un gros combat. 😉
      plein de bises et n’hésite pas à tartiner au besoin.

      J'aime

  4. Tout à fait d’accord sur le fait de recevoir des gens chez soi. Ce qu’on souhaite tous avant tout c’est de passer un bon moment e.n.s.e.m.b.l.e. Je crois simplement que parfois des gens font passer avant « la qualité », la « perfection » de la bouffe comme condition pour passer un moment agréable. Bien entendu ça n’est pas ce qui détermine la qualité du moment passé ensemble. Mais comme cela peut y contribuer, je suppose que parfois, les hôtes s’y oublient.

    En tout cas je te rejoins sur la façon d’aborder la préparation d’un repas quand on reçoit. Pour ma part peu importe qu’il y ai des « curseurs spécifiques » (végétalien, sans gluten, sans arachides, etc) à prendre en compte. Je réfléchis à ce que j’ai ENVIE de faire, ce qui me fait plaisir de cuisiner, et ce, dans le respect de ces curseurs. Et vice versa car pour moi c’est aussi justement une bonne façon de trouver des idées pour s’amuser à cuisiner/préparer/innover. Je ne m’impose rien, je saisi le plaisir de faire. Mais comme tu le dis, je pense que l’éducation et les modes de vies contribuent beaucoup à cela. Je n’ai pas été habituée à des plats « traditionnels » toujours préparés de la même façon selon une recette. A la lettre. Je ne sais pas faire. J’ai appris à cuisiner en bidouillant, improvisant, modifiant chaque fois le plat, préparant ce qu’il y a? avec quelques « techniques » de base. (Merci maman) Je crois honnêtement que c’est ce qui m’aide aujourd’hui à ne pas voir la cuisine comme quelque chose de cloisonné et à m’ouvrir à ce qui vient. Je ne dis pas que c’est l’idéal. J’ai souvent envié le fait de connaître des bons « classiques » de cuisine, de savoir faire et refaire un même plat toujours aussi bien. Mais je suppose que l’esprit est différent. C’est une éducation.

    Je m’égare. Bonne continuation dans ce blog en tout cas Mélanie ! 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s