Qu’est-ce qu’une alimentation saine et gourmande?

Alors que je cherchais un livre bien précis sur la nutrition à Cultura, je me suis arrêtée un moment à lire les titres des livres de cuisine « santé ». Il y a une dizaine d’années, je dévorais avidement dans les rayons le moindre livre-régime qui allait à coup sûr m’aider à prendre possession de ce corps qui ne me convenait pas. Plus c’était drastique, plus cela allait fonctionner. Plus les kilos partaient vite, plus je me sentais légère, plus ils revenaient vite, plus je me disais que ce n’était simplement pas la bonne méthode. Et je recommençais. Sans gras, sans sucre, chrononutrition, régime dissociés, à 900 calories, à 1200, Montignac, Weight Watchers et j’en passe.

Avec le recul, je crois que seul mon amour inconditionnel de la bonne cuisine, de la table et mon éducation à la cuisine fait-maison m’ont empêchée de basculer du côté des extrêmes et surtout m’ont fait passer d’un régime à l’autre sans jamais m’attarder. Et peut-être qu’à un moment j’en ai eu marre d’être prise pour une conne.

Aujourd’hui encore, je me souviens parfaitement du livre qui a changé ma vision des régimes et me les a fait stopper net pour toujours. Un livre dont le titre pourtant peu flatteur ne présageait rien de très nouveau : « Maigrir sans régime » du Docteur Zermati. Ce livre ne fournit aucun menu type ni aucune restriction. Il réapprend simplement à ne pas diaboliser les aliments, à reconnaitre sa satiété. Il m’a appris que ce qui me faisait grossir ce n’était pas la mayonnaise de mes frites mais le dessert que je prenais pour terminer mon repas alors que je n’avais plus faim. Tout n’est pas parfait dans ce livre mais il m’a enseigné, finalement, à ne plus jamais me forcer à finir mon assiette, à ne plus jamais manger pour faire plaisir, pour ne pas froisser, pour ne pas gaspiller. Et c’est certainement le plus beau cadeau que je me suis fait, commencer à apprendre à m’écouter, transformation qui s’est faite sur de nombreuses années et qui a abouti au jêune intermittent que je pratique aujourd’hui.

Alors cela ne « soigne » pas toujours les pulsions alimentaires, ne réfrène pas les envies subites, et ne m’a absolument pas rendu moins gourmande. Mais cela a apaisé d’une façon formidable mon rapport à la nourriture.

Qu’est-ce qu’une cuisine saine selon moi ?

J’ai toujours porté un énorme intérêt à la nutrition parce que je fais partie de celles et ceux qui pensent que la cuisine peut à la fois être saine et gourmande. Je crois qu’aujourd’hui nous avons la possibilité d’avoir un impact majeur sur notre santé simplement en cuisinant. D’ailleurs il ne s’agit en rien de croyances personnelles basée sur des convictions. De très nombreux scientifiques se sont penchés dessus. Je parle de vrais scientifiques et pas de pseudo médecins-journalistes qui ne remettent pas en question leurs acquis, qui ne cherchent pas plus loin que le programme nutrition santé (PNNS) publié chaque année et qui n’ont absolument aucune connaissance en nutrition en dehors des slogans publicitaires.

Choisir une alimentation végétale, bio, fait maison et de saison,  en dehors de toute question éthique (même si c’est uniquement cet aspect qui a motivé mon passage au végétalisme), c’est le meilleur cadeau que l’on puisse se faire pour être en bonne santé.

Manger sainement c’est pour moi avoir une alimentation globale qui ne nuit pas à mon organisme et à ma santé actuelle mais aussi à venir.  Cela ne signifie en aucun cas compter les calories, les portions ou peser mes aliments ni me priver de plaisirs complètement superflus pour mon corps mais qui font un bien fou au moral de temps en temps.

Cette année j’avais envie de vous parler un peu plus de nutrition, alors pas au sein d’articles avec mille tableaux, mais simplement de continuer à démontrer qu’on peut manger équilibré, sain et gourmand sans forcément avoir la tête dans des calculs de nutriments. Je termine l’Enquête Campbell, étude qui est une référence mondiale en nutrition, et ce livre renforce mon désir de faire de la prévention : apprendre à bien se nourrir sans se compliquer la vie avec des chiffres et des quantités mais rappeler que notre santé est dans notre assiette et que nous décidons de ce que nous y mettons. Pour un peu qu’on arrête de se laisser influencer par la publicité, des informations mensongères et surtout qu’on ré-apprenne à cuisiner un minimum.

Je dois avouer que je suis un peu peinée quand je vois sur les réseaux sociaux le nombre croissant de très jeunes femmes s’annonçant fièrement végétaliennes car c’est le meilleur « régime minceur » et qui en oublient toute gourmandise à siroter des smoothies verts à longueur de journée, entrant alors dans un contrôle frénétique de chaque denrée pénétrant l’organisme. De même quand je vois le nombre très important des personnes complémentant très régulièrement, si ce n’est quotidiennement, leur alimentation à coup de sachets de super-aliments en poudre onéreux.

A l’exact opposé, quantité de blogueurs.ses se font le relai des simili-carnés industriels pris d’assaut par toutes les grandes surfaces et par toutes les marques, et dont les ventes explosent. Au-delà de la démarche éthique et écologique de favoriser des circuits courts et/ biologiques, on obtient des produits issus de l’industrie alimentaire qui ont un piètre profil nutritionnel : trop riches en sel, peu de bonnes matières grasses ou de glucides complexes, beaucoup d’additifs, notamment des agents de texture qui sont des sucres rapides (amidon, fécule, gommes…). Des prix élevés pour certains, notamment ceux à base de gluten (denrée qui ne coûte pourtant rien à la base). Et des déchets pour tous.

L’argument de vente? Cela peut en faire changer quelques un d’avis sur la cuisine végétale. Soit. La majeure partie des steaks industriels sont immondes. Mais peut être que prendre un peu le temps de cuisiner aiderait davantage à prendre en main son alimentation à long terme.

Je n’ai absolument rien contre les similis carnés, mais vous vous doutez que je préfère de loin ceux faits maison. Ceux du magasin, même bios, devraient être de simples dépannages, tant pour le budget, la santé que notre poubelle.

Une cuisine saine c’est une cuisine qui fait la part belle à tous les aliments qui sont profitables à notre corps : les légumes, les fruits, les céréales complètes, les légumineuses, les oléagineux et les noix.

En somme, la pyramide alimentaire végétalienne (cliquer pour agrandir).

Manger sainement, c’est intégrer tous ces aliments dans son alimentation quotidienne, sans pour autant équilibrer chaque repas, le corps est une belle machine qui sait faire des réserves. Manger sainement devrait être une réflexion importante quand on veut être en bonne santé et prendre soin de la santé de ceux que l’on aime. C’est aussi manger des aliments issus de l’agriculture biologique afin de limiter l’absorption de pesticides et autres molécules chimiques. Mais pour manger sainement, chaque jour ou presque, cela doit obligatoirement être associé à de la gourmandise et à des plats qui font plaisir.

Alors soyons clairs, ce que j’appelle « gourmandise » ce n’est pas le filet d’huile de lin riche en oméga 3, les épinards ajoutés à un smoothie ou le jus de citron riche en vitamine C qui sert à mariner mon tofu.

Qu’est ce que la gourmandise?

S’il n’y avait qu’une seule définition ! Je ne peux vous donner que la mienne bien sûr. Je crois qu’elle est étroitement liée aux aliments et aux textures que l’on aime dans notre assiette. J’aime beaucoup le mélange croustillant/croquant et fondant. Par exemple du pain frais et d’une terrine de châtaigne étalée dessus. J’aime majoritairement manger chaud et un bol de soupe crémeuse avec des croûtons qui sortent du four dedans, j’adore. J’aime les grosses salades de mesclun avec des tranches de tofu grillé, des patates douces rôties et des graines de tournesol torréfiées. Et recouvertes d’une sauce crémeuse à la cacahuète.

J’aime une quiche aux épinards avec des algues et des graines de sésame dans la pâte car cela offre un beau contraste. J’aime ajouter des noix de cajou dans mon riz tout simple parce que ce sont des petites touches croquantes. J’ai toujours dans mon frigo deux ou trois sauces basiques au choix pour mes plats rapides de légumes ou de céréales minute et qui vont faire d’une assiette très simple un vrai plaisir.

J’aime les jolis plats. Je n’aime pas la tambouille balancée à coups de louche dans l’assiette. Même si évidemment je ne dresse pas mon riz avec un emporte-pièce ou je ne découpe pas des roses avec mes peaux de tomates, je fais attention. J’ai de la vaisselle que j’aime beaucoup car l’appétit commence par le visuel. Et si je le pouvais, je changerai de service tous les mois !

La gourmandise c’est pour moi se faire plaisir en mangeant ce qu’on aime de la façon qui nous fait plaisir.

Et si on n’a pas le temps de cuisiner, ou si on n’aime pas cuisiner ? 

Une alimentation végétalienne saine et équilibrée n’est absolument pas basée sur des simili-carnés, qui certes rassurent et sont pratiques, mais ne constituent en rien l’assurance de repas sains. Prendre une à deux heures le dimanche (ou tout autre jour) lorsqu’on rentre tard la semaine pour préparer quelques basiques pour la semaine permet non seulement de manger plus varié mais aussi de ne pas y passer trop de temps chaque jour. Préparer 2 litres de soupe pour 2/3  repas, 500g de pesto pour réaliser à la fois des quiches / pâtes et pizzas, ou cuire une grande quantité d’une céréale pour la réchauffer plusieurs fois ne prend pas plus de temps que de cuisiner pour un repas. Par exemple, préparer de la semoule pour un taboulé, un couscous et pour épaissir un potage dans la même semaine, ou cuire du riz pour faire du riz cantonais, un curry express avec du lait de coco et deux légumes ou encore le mixer avec des champignons ou des haricots rouges pour faire des steaks minute.

Et ne pas oublier qu’on n’a pas besoin de se renouveler chaque semaine, qu’on n’a pas à être au top en permanence et se sentir obligé.e de préparer des plats de folie ! Des pâtes avec une sauce tomate aux  lentilles, un couscous avec 2 légumes et pas 6, le même plat 2 jours d’affilés ou comme rituel chaque semaine, c’est très bien et reposant pour l’organisation !

Comment savoir ce qu’il faut manger?

Portionné, en pratiquant le jeûne intermittent, en trois repas classiques, beaucoup de jus, … toutes ces méthodes ne définissent pas une façon de manger équilibré mais un moyen de répartir les aliments sur la journée qui vous fait du bien, et cela est différent d’une personne à une autre. Le socle est en général le même pour tous, il faut juste trouver ce qui vous conviendra et cela peu prendre du temps de sortir d’un système classique PDJ, déjeuner et diner si celui-ci ne vous convient pas vraiment.

Et entre un enfant de cinq ans, un adolescent de quinze, un adulte de trente-cinq et un autre de soixante-dix, les besoins ne sont pas du tout les mêmes !  Je me sers de la pyramide alimentaire végétalienne pour prévoir sur la semaine tous les aliments dont nous avons besoin.

Il faut par ailleurs retenir une information très importante : lorsqu’on mange un morceau de viande ou de poisson, on va surtout ingérer des protéines, des lipides, du cholestérol et un part infime d’autres nutriments (vitamines, calcium, minéraux). Quand on mange un aliment végétal, on va ingérer des protéines (même dans des pâtes ou du riz complet), mais aussi des fibres, des vitamines, des minéraux (fer, magnésium), beaucoup d’antioxydants et aucun cholestérol. Evidemment, selon les aliments, ces nutriments ne sont pas présents en quantité identique, mais ils sont presque tous là. Et c’est pourquoi je trouve qu’il est beaucoup plus facile d’équilibrer des repas végétaliens même sans aucune connaissance en nutrition car dès lors que l’on propose tous les éléments de la pyramide alimentaire, on est sûr de ne manquer de rien.

A titre personnel, pour vous donner un exemple concret :

  • Je jeûne 16h par jour depuis 10 mois, mes enfants et mon mari déjeunent de façon archi classique : pain, purée d’oléagineux et confiture ou pâte à tartiner maison (avec donc une purée d’oléagineux riche en bons gras et en calcium, du bon chocolat noir, un lait végétal sans sucre ajouté, un sucre qui est soit du sirop d’agave soit du sirop d’érable riche en minéraux), ou porridge (flocons d’avoine et lait avec un produit sucrant).
  • Il y a des légumes quasiment à tous mes repas. Ces derniers devraient constituer la moitié de notre alimentation. Sauf que, bien sur, ce ne sont pas sur eux que l’on se jette le plus souvent ! Dans un prochain article, je vous donnerai plusieurs exemples pour en proposer sciemment, ou en mode sournois. Je suis une professionnelle du mode sournois.
  • Toutes mes céréales et farines sont complètes ou semi-complètes pour profiter au maximum des fibres, des minéraux et des protéines de l’enveloppe de ces dernières, à l’exception de certaines comme la polenta que j’aime beaucoup mais que j’accompagne systématiquement de légumes.
  • Je propose très souvent des plats à base de légumineuses sous différentes formes pour leur apport en protéines et en fibres. Je vous prépare également un petit article sur ces dernières, comment les cuisiner et des astuces pour bien les digérer.
  • La plupart de mes sauces sont enrichies en purées d’oléagineux que ce soit amande, cacahuète ou sésame. Ce sont de plus des sauces riches et très onctueuses pour la touche gourmande ! Cela peut aussi être des sauces comme du pesto avec de la bonne huile, plein d’ail et des bons légumes à feuilles vertes (beaucoup de kale en ce moment), ma sauce aux haricots blancs dont nous sommes tous accros ici qui permet d’ajouter des protéines, des fibres mais aussi beaucoup de crémeux, une sauce toute simple à base de courge…
  • J’ai banni le sucre blanc, véritable poison, de ma cuisine il y a des années et n’achète désormais que du sucre roux pour la pâtisserie classique (occasionnelle ici), et des sucres complets ou riches en minéraux comme le sirop d’érable (qui coûte une blinde donc les grands jours^^).
  • Je ne suis pas une dingue de fruits. Il y en a très peu que j’aime vraiment beaucoup donc quand c’est la saison de ces derniers, je me gave. Raisins, clémentines, framboises, tomates ou melons, je ne me prive pas.
  • Il n’y a presque rien qui ne soit industriel dans notre alimentation à part quelques tofus parfumés, des saucisses (Taîfun) que mes enfants adorent, quelques sauces style ketchup bio, ou fromage à tartiner ou à râper pour dépanner quand je n’ai pas envie d’en faire mais que je veux en manger.

Pour schématiser mon assiette la plupart du temps : elle est remplie pour moitié, voire aux deux tiers de légumes cuits* ou parfois crus, l’autre partie en céréales et/ou légumineuses. Si l’un n’est pas présent à un repas, il le sera à l’autre ou le lendemain. Simplement pour varier. Ce qui ne m’empêche pas de me faire des repas avec seulement des pâtes à la crème, des patates au fromage, des frites et du tofu pané et de la mayonnaise ou un gros sandwich garni. Mais ce n’est pas mon quotidien. 

*Je parle ici du volume cru initial. Il va de soi que si je cuis des épinards ils vont considérablement réduire, si je mixe du kale en pesto, ou si je réalise une sauce tomate, la portion sera plus petite au final mais j’aurais tout de même une grosse quantité de légumes en terme de nutriments.

Les assiettes de mes enfants contiennent plus de céréales ou légumineuses, ils ont besoin de davantage de calories en période de croissance.

Mélanie, tu n’as donc aucun défaut? 

Ah si. Si si.

Je suis une tarée de chips grasses, archi-salées et croustillantes. j’en mange un paquet par semaine.

J’adore les fruits séchés. Pas la petite-portion-qu’il-faut, non, le paquet de 500g de dattes y passe sans problème dans la journée.

J’aime manger très salé. J’essaie de diminuer mais c’est dur.

J’aime manger gras. Même de bonnes graisses, en quantité importante, ce sont toujours des graisses. Je vais acheter un spray à huile pour diminuer un peu les quantités à la cuisson. Et puis ça fera des économies.

J’adore tout ce qui est frit. Les frites, les beignets, les boulettes. Les frites. Je ne les digère pas bien mais j’adore.

***

Une alimentation équilibrée c’est aussi une alimentation qui nous fait du bien : lorsqu’on digère bien, qu’on ne ressent pas de lourdeur, de fatigue après chaque repas. Ce n’est pas une alimentation restrictive, privative, qui génère un conflit permanent en soi. Je crois aussi fermement que trouver une alimentation qui nous fait du bien va de paire avec l’acceptation de son corps. C’est travailler de concert avec lui pour un bien être général et pas contre lui. Puisque lui, c’est nous.

Avoir une alimentation saine au long court, c’est accepter que parfois, on n’a pas envie, on est fatigué.e, on n’a vraiment pas le temps et craquer sur des aliments qui n’apportent rien à n’organisme ce n’est vraiment pas grave. C’est temporaire. Et que si cela se prolonge ou est trop fréquent, il faut repenser plus en profondeur les habitudes et ne pas sombrer dans la fatalité, voire se faire aider d’un.e nutritionniste compétent.e sur la question du végétalisme, ou d’un.e naturopathe.

Néanmoins nous n’avons pas à choisir entre sain et gourmand. Il faut veiller impérativement à allier les deux. Une alimentation uniquement gourmande sans souci d’équilibrer ses menus et d’apporter au corps ce dont il a besoin pour être en bonne santé, c’est prendre le risque de maladies et de mal-être à court et long terme. On sait aujourd’hui, de nombreuses sources scientifiques avérées, que la consommation de protéines animales est responsable de nombreux cancers, du diabète, des maladies coronariennes, de l’hypertension, de l’obésité. Et que les supprimer réduit considérablement ces maladies et le risque de les développer. Au delà de ces grandes maladies propres à notre alimentation déséquilibrée, un mieux-être intestinal, une perte des kilos qui peuvent parfois gêner, un meilleur sommeil, moins de problèmes de peau et de cheveux, ce sont autant d’avantages à très court terme que fournit une alimentation saine et équilibrée.

Et une alimentation uniquement saine conduit fréquemment à des dérives, à une perte du plaisir de manger, à un contrôle néfaste et systématique des aliments. Il n’y a pas de régime miracle, de minceur express. On ne devrait pas acheter son bien-être à coup de capsules, de poudre ou de coupures de magazines.

***

Vous avez des difficultés à équilibrer vos menus? A faire la part du sain mais gourmand ? Ou au contraire, c’est plutôt simple ?

31 commentaires sur “Qu’est-ce qu’une alimentation saine et gourmande?

  1. Bonjour Mélanie
    J’ai la même définition de la gourmandise que toi et la même aversion pour ces simili carnés qui ne ressemblent à rien… J’aime mes falafels, mes steacks de haricots rouges (inspirés de tes boulettes d’ailleurs), les pst marinées à ma sauce… mes galettes de céréales, mes panisses… et avec toutes les petites sauces que je vais pouvoir faire maintenant avec mon personal blender !! un régal !! Et juste quelques saucisses végétales quand la famille omni se fait un barbecue ou un couscous comme cette année pour Noël… Sinon, toujours mon mélange de petites graines sur mes salades, …ou d’oléagineux sur mon petit-déjeuner… mmm… Merci pour cet article et belle fin d’année !!

    J'aime

    1. Bonjour Nadine,
      Je vois que nous avons des bonnes habitudes en commun 😉 Et ce petit robot est d’une telle aide pour les sauces et préparations minutes ! Nous aussi on achète quelques similis de temps en temps, mais cela reste de l’occasionnel, du dépannage (et il n’y a rien de honteux à ça !).
      Plein de bises !
      Mélanie

      Aimé par 1 personne

  2. J’adhère totalement à ta version personnalisée de la gourmandise, à ta manière de considérer l’équilibre alimentaire sans chiffres et à l’importance de manger sain et gourmand à la fois ! Et j’attends avec impatience les articles suivants, notamment les astuces fourbes :).

    J'aime

  3. Mélanie, toujours très d’accord avec toi !
    Si tu achètes un spray à huile et que tu en es contente, tu nous diras la marque? Car j’en ai un dont je me sers jamais : il fait un nuage énorme de gouttelettes d’huile tout autours au lieu de viser vers ce que l’on veut assaisonner, et ça me pourrit à chaque fois la moitié de la cuisine. Même en le cherchant je n’aurais pas imaginé qu’un spray à huile puisse avoir de tels défauts 😛
    Et sinon moi aussi j’aime que ce soit bien salé et moi aussi j’essaye de réduire mais c’est dur… mais bon… « perfection is for losers »! 😉
    Merci pour ces bonnes réflexions,
    bises

    J'aime

    1. Oh lala, je ne pensais pas que ce serait l’aventure de trouver un spray à huile, mince !! 😉
      J’en ai vu un avec un corps en inox sur une boutique zéro déchet, je pense qu eje vais le prendre? C’est pour faire le ménage à la base mais la contenance (500ml) me va mieux que les petits que l’on trouve autrement ! Je te dirai.
      #ImNotALoser !!
      Bises
      Mélanie

      Aimé par 1 personne

  4. J’adhère, moi aussi, à ta vision d’une alimentation saine ET gourmande.
    Pour moi, c’est plutôt simple car j’ai la chance immense d’être gourmande mais peu d’appétit ! Du coup, il faut que je me force à manger pour rester à mon poids ; je sais, c’est « injuste » pour les autres…
    J’ai bien reçu ton livre « Tofu », j’en suis ENCHANTÉE, seulement, je n’arrive pas à trouver de thé fumé, même à la BioCoop. Je peux remplacer ou je continue mes recherches ?
    Merci pour ce bel article.

    J'aime

    1. Bonjour !
      J’ai acheté mon thé fumé en ligne, impossible d’en trouver ici ! Je suis ravie que le livre te plaise, merci 😉
      Quant à la gourmandise, c’est en effet une chance d’avoir un petit appétit, il faut en profiter. Même si j’imagine que dans l’autre sens, c’est aussi une réflexion fréquente pour manger suffisamment afin de ne pas trop maigrir ? Moi c’est tout le contraire, bien que que la gourmandise prenne souvent le pas sur l’appétit 😉
      Belle soirée,
      Mélanie

      J'aime

  5. Bsr,
    Merci pour cet article auquel j’adhère entièrement. Cela fait du bien d’entendre ce discours sur les simili-carnés. Je consomme du tofu à l’occasion mais cela n’est pas mon alimentation de base. J’ai lu il y a des années « L’enquête Campbell » qui à l’époque se nommait « Le Rapport Campbell » et je l’ai prêté à un membre de ma famille pour lui démontrer le bienfait de l’alimentation végétalienne mais la discussion s’est vite terminée et de façon négative.
    J’attends avec impatience les autres sujets!

    J'aime

    1. Bonsoir Christel,
      Il y a des personnes avec lesquelles il ne sert à rien de débattre, même preuves à l’appui. La mauvaise fois est aveuglante… Et il n’y a rien de honteux à l’occasionnel 😉
      A bientôt !
      Mélanie

      J'aime

  6. Bonsoir Mélanie,
    Un grand merci pour cet article très complet. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis. Le seul point délicat que je rencontre, c’est l’alimentation que je propose à mes enfants : malgré mes efforts pour varier, cacher, montrer l’exemple…, leur faire manger et même goûter des légumes est très compliqué. Cela se termine souvent par des fâcheries… Mais je ne désespère pas (enfin presque !)
    Bonne fin d’année à toi et à ta famille
    Magali

    J'aime

    1. Bonjour Magali,
      L’alimentation des enfants et leurs goûts différents sont vraiment difficiles à gérer et assez fatiguants c’est vrai. J’en parle un peu dans mon prochain article sur les légumes justement. Ne pas baisser les bras et s’autoriser à leur donner une grosse assiette de pâtes au fromage avant de re-tenter d’autres choses 😉
      Bonne fin d’année,
      Mélanie

      J'aime

      1. Bonjour,
        Je m’incruste dans la discussion pour vous proposer de lire un ouvrage merveilleux sur le sujet : La guerre des brocolis n’aura pas lieu, de Dina Rose. Si vous ne trouvez pas le livre en français, il est originellement en anglais et Dina tient aussi le blog It’s not about nutrition.

        J'aime

  7. Bonjour Mélanie
    Merci pour cet article très complet, et comme d’habitude fort inspirant. Je partage ta vision des choses sur les régimes (ah moi aussi j’ai testé !), l’équilibre alimentaire et la déculpabilisation, l’importance de se laisser aller à la gourmandise. Quand j’ai enfin compris la notion de satiété, comprise avec mon corps je veux dire, pas avec ma raison, cela a changé bien des choses ! S’écouter, c’est ça la clé ! Apprendre à écouter les signaux de son corps dans un premier temps, c’est capital.
    Merci pour cet article hautement stratégique 🙂 j’ai vraiment hâte de lire les prochains articles que tu évoques. Merci pour tout :-)) Merci de m’avoir tant appris ! Belles fêtes de fin d’année à toute ta petite famille …

    J'aime

      1. Merci pour ce conseil de lecture, vegebon ! Je suis souvent ton blog plein de chouettes idées. Je me laisserais bien tenter aussi par veggie kids. Et j’attends alors ton prochain article, Mélanie, pour faire le plein de conseils et d’idées.

        J'aime

  8. C’est un long apprentissage que de savoir s’écouter mais le chemin en vaut la peine pour les années de sérénité derrière oui.
    Et puis, je suis encore jeune mais j’imagine que les changements de notre corps dans la vie doivent se réapprendre aussi. S’accepter à 35 et 55 ans, c’est certainement différent quand ton corps évolue. Autant apprendre la bienveillance envers soi même chaque jour !
    Merci de ton message et belles fêtes de fin d’année également !
    Mélanie

    J'aime

  9. Bonjour Mélanie !
    C’est drôle, je me retrouve parfaitement dans tout ce que tu écris (et en particulier le paragraphe des « petits défauts » !).
    Le jeûne intermittent, je le pratique aussi depuis une petite année : j’ai observé que ça m’évitait les crises d’hypoglycémie ou nausée dans la matinée (quand je travaille dans mon potager j’ai une meilleur énergie, je peux me pencher, me plier en 4 facilement !), permettait un meilleur équilibre alimentaire, une meilleure gestion de la gourmandise, un bien-être général certain… cerise sur le gâteau, ça permet de stabiliser le poids, de le réguler même après quelques excès. Et puis, avoir un peu de maîtrise sur ce qui nous attire, intéresse, passionne 2 à 3 fois par jour c’est rassurant et très satisfaisant je trouve !
    Bonne continuation

    Aimé par 1 personne

  10. Je suis nulle pour allier alimentation saine et gourmandise. A la maison c’est bien souvent soit l’un soit l’autre ! Quand j’essaie de cuisiner « sain » c’est bien souvent fadasse et insipide… Et si je cuisine ce que j’aime (chaud, fondant et moelleux genre purée pour bébé tu vois) c’est rarement sain ! Bref, y a encore du boulot.

    J'aime

    1. Bonjour Sophie,
      le problème c’est que pour beaucoup cuisiner sain = vapeur ou sans matière grasse. Et en effet, c’est d’un fade ! J’ai plusieurs articles qui arrivent sur ce sujet, j’espère que tu arriveras à y piocher des idées ! Et manger chaud, fondant, c’est très bien, moi aussi j’aime manger chaud et très peu cru. 😉

      J'aime

  11. Bonjour Mélanie, j’ai découvert votre site tout à fait par hasard. Je voulu vous dire que je me retrouve dans vos différents articles que je lis peu à peu. Je ne suis pas vegetarienne, plus flexitarienne, je consomme peu de viande , je ne m’en privé pas non plus mais c’est vraiment lorsque j’en ai envie , assez rarement. En revanche, je suis une accro de la cuisine saine, telle que vous la décrivez, je consomme bcp de légumes et produits bio, non raffinés, complets si possible (farine, pâtes, céréales , …) . J’ai mis des années à trouver ma voie alimentaire, j’ai 48 ans, mais je bannis aujourd’hui tout regime strict même si je suis plutôt attentive (le mot est faible. ) à mon poids, j’essaie de ne plus me priver mais plutôt d’écouter mon corps.
    En tous cas je vous rejoins et vais suivre votre blog avec beaucoup d’attention et d’intérêt.
    Sabrina

    J'aime

  12. Je me décide enfin à commenter cet article très intéressant.
    J’ai fait des études de diététiques « classiques » pendant lesquelles j’ai évidemment appris certaines informations, mais qui ne correspondent absolument pas à ma vison des choses (calcul de calories, informations très peu personnalisées…). Ce qu’on mange est le reflet de nos croyances, émotions, envies.
    Notre corps est une merveilleuse machine, il faut « simplement » l’écouter sans se laisser influencer par l’exterieur…dur dur ! Cela passe notamment par l’éducation de nos enfants même si certaines vieilles habitudes sont difficiles à changer : je m’entends régulièrement dire à ma fille « c’est l’heure de manger » alors qu’à priori elle n’a pas faim. Mais il faut aussi faire avec les contraintes sociales.
    Bref, un combat de tous les jours mais tellement intéressant et primordiale 🙂

    J'aime

  13. je l’avais loupé celui-ci !!
    faut dire qu’un tel article à lire le jour de mon anniversaire tu fais fort …
    Je suis une hyper gourmande mais aussi bizarre que ça puisse paraître du salé essentiellement !
    autant j’aime pâtisser autant le salé je craque ! et comme toi du bien gras aussi ! j’adore !
    et effectivement, accepter son corps après55 ans … c’est pas facile dutou dutou grrr
    merci pour cet article fabuleux d’infos !!
    c’est décidé, en 2018 je ne te fais plus de compliments ☺☺
    des bises

    J'aime

    1. Je te demanderai ton agenda la prochaine fois !
      Comme toi, je suis beaucoup plus attirée par le salé et je pâtisse très très peu chez moi.
      Quand à être bien dans son corps, je trouve que c’est un travail au long court et que notre perception change en avancant dan se temps. Tu le diras mieux que moi sans doute, mais les femmes que je connais qui ont la cinquantaine, ont du réapprendre à se connaitre et à s’apprécier avec la pré-ménopause. De nombreux changements pour beaucoup.
      Pleins de bisous et tes mots me font toujours plaisir, tu le sais bien 😉

      Aimé par 1 personne

      1. parce que tu crois que j’ai un agenda ?? tssss
        rêve ma fille, rêve !! 😀
        non mais je te dis au passage, que je vais en avoir 60 des ans …. et que, bien que je sois assez gâtée par la nature ben …. ça coince, ça mouve pas où tu voudrais… bref !! tu t’aperçois que tuvas faire partie des tamalou et rien que ça grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ..
        mais y’a bien pire!
        et puis ce qu’il y a de bien en vieillissant, c’est que t’es vieille !! et tu peux te permettre de dire des trucs qu’avant tu gardais bien au fond de toi, toujours pareil haing ! pour pas vexer, choquer etc
        et là ! BAM tu balances !! et ça fait un bien …. énoorme !!
        tu verras !! 😀 😀 😀

        Aimé par 1 personne

  14. Cc Mélanie!
    Quand je vois ce que tu cuisine au quotidien avec tes sauces tes graines et tout et tout je me dit que j’en fais pas assez chez moi!!! Ça me fais culpabiliser!! Heureusement qu’il y a une partie défaut dans ton articles pour se rassurer!!! Bon mais comme t’en connais un rayon niveau nutrition on est a la bonne porte si on veut prendre des conseils!!
    Grosse bises à bientot, merci pour cet article fort intéressant, et je me tâte a acheter l’enquête Campbell, tu nous en diras des nouvelles!!

    J'aime

    1. Bonjour Aude,
      Il n’y a pas à culpabiliser de quoi que ce soit, je cuisine beaucoup parce que j’aime ça et que j’aime varier et expérimenter. A chacun de trouver son rythme ! Et il n’y a pas besoin de varier autant que moi pour manger équilibré.
      Et comme qu’aucun de mes enfants n’aime les mêmes choses (même s’ils ne sont pas du tout difficile chacun à ses préférences en terme de goûts et de textures) et pour satisfaire tout le monde, il faut varier.
      Mais crois-moi, si j’étais seule, je cuisinerai dix fois moins et beaucoup, beaucoup plus simple. Je rêve de soupe tous les soirs et je suis la seule à aimer ça… 😉

      J’ai fini l’Enquête Campbell, je me laisse le digérer et je vous en toucherai un mot bientôt oui !
      Bises!

      J'aime

      1. Ok merci de me rassurer Mélanie!! Moi aussi j’aime la soupe, et surtout le bouillon et ici tout le monde aime!!! La classe hein lol! Mais faut mettre des pattes dedans sinon ya moins de succès!! Sinon quand j’ai entendu parler de ce rapport campbell il y a quelques temps j’ai commencer à cuisiner sans huile, et ça allait, jusqu’à la salade de pomme de terre…au bout de 3 à 4 bouchées, tu te dis que ça manque de quelque chose quand même…j’avais fais une vinaigrette avec de la purée de sésame et du vinaigre de cidre et sirop d’agave et peut être sauce soja je sais plus trop, c’était d’un triste quand même !!! J’ai attraper la bouteille d’huile et j’ai du rattraper toute l’huile pas consommer d’une semaine en un seul repas!!
        C’est peu après que je t’ai demander ton avis sur l’huile etc, je sais pas si tu te souviens, en tout cas impatiente d’avoir de nouveau ton avis sur la question et sur ce fameux bouquin!!
        Bises

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s