Comment utiliser au mieux son extracteur – Présentation du Kuvings

Il y a quelques semaines, j’ai reçu une proposition de Warmcook pour réaliser un partenariat ensemble et vous faire bénéficier d’une offre sur tout leur site.

Warmcook, je vous en ai déjà parlé puisque c’est le site qui revend des équipements pour cuisiner sainement, et sur lequel j’ai acheté mon faitout Écovitam basse température d’amouuur, et je possède également leur avant-dernier extracteur de la marque Kuvings, acquis il y a deux ans et demi. Ce sont donc des produits en lesquels j’ai pleine confiance et de très, très grande qualité.

L’extracteur D9900 et le Power Fermenter

Ils m’ont donc envoyé le roaster (une cocotte ultra légère pour cuire au four), le power fermenter, leur dernier extracteur et une bouteille sous vide pour conserver les jus. C’est de ces deux derniers dont je vais vous parler aujourd’hui, car je me suis rendue compte qu’il n’y a aucun article sur les jus sur le blog, alors que j’utilise des extracteurs de jus, et avant cela une centrifugeuse, depuis plus de cinq ans !

Extracteur ou centrifugeuse?

Avant toute chose, pour les néophytes, la différence entre un extracteur et une centrifugeuse : pour faire court, une centrifugeuse va écraser à très grande vitesse (en moyenne 10000 tours/min) les légumes et les fruits pour en extraire le jus. L’intégralité va être broyée et les fibres également. Il y a une légère perte de vitamines car en raison de la très grande vitesse le jus est légèrement chauffé. Un extracteur va presser à froid et très doucement (en moyenne 60 tours/min) les aliments pour séparer les fibres du jus et ainsi préserver toutes les vitamines de ce dernier.

Donc, vilain canard, la centrifugeuse ? Non, car il est toujours meilleur de boire des jus obtenus à la centrifugeuse que pas de jus du tout ! Et le prix est souvent bien inférieur à celui des extracteurs, soyons honnête.

Néanmoins, si on veut vraiment un jus de qualité, très riche en vitamines et sans fibres, l’extracteur sera bien mieux adapté.

Autre avantage, colossal pour ma part, le bruit. Vous vous doutez bien qu’avec une rotation à 10000 tours / minutes, on ne va pas de faire un jus tôt le matin, sous peine de se retrouver expulsé de chez soi par le voisinage qui croiront que vous avez branché la perçeuse sur votre home cinéma ! J’ai horreur du bruit en cuisine et avoir un extracteur silencieux a été un véritable soulagement pour moi. J’ai pu réaliser des jus quand j’en avais envie, sans me préparer psychologiquement au bruit infernal de l’appareil.

En résumé, pour les petites bourses qui vivent à la campagne, isolé.e, ou qui souhaitent se préparer de temps en temps un jus en journée, une centrifugeuse suffira amplement.

Pour ceux qui souhaitent inclure dans leur alimentation quotidienne des jus de haute qualité, un extracteur sera beaucoup plus performant d’un point de vue nutritionnel, et silencieux.

Pourquoi utiliser un extracteur au quotidien ?

Emblème de la cuisine saine, les jus ont soit une image de préparation superficielle réservée à une cuisine très (trop?) saine et crue, soit de complément idéal d’une alimentation équilibrée au quotidien. Vous vous doutez bien que c’est la deuxième que je promeus ici.

Il y a beaucoup de raisons de consommer des jus : booster l’organisme, le détoxifier, augmenter l’immunité, lui apporter un concentré de vitamines, mettre le système digestif au repos après de lourd repas …

Pour ma part, j’en consomme pour deux raisons principales :

  • Je ne suis pas du tout branchée cuisine crue. J’aime manger chaud à 80% et les jus me permettent d’apporter un maximum de vitamines et d’oligo éléments à mon organisme, puisque la cuisson n’est pas le meilleur moyen de les conserver, bien au contraire.
  • Je suis très, très, très gourmande, j’ai tendance à manger beaucoup trop, trop vite et surtout, souvent. Me préparer des jus m’oblige à prendre du temps (je vous le dis tout de suite, oui préparer un jus prend un peu de temps !), en boire en complément de mes repas me rassasie un peu avant d’attaquer ce dernier, et en avoir de prêt dans le frigo m’aide à ne pas descendre le paquet de dattes ou le bocal de noix de cajou. C’est mon « grignotage sain ». Ce qui n’exclue nullement l’ingestion massive de barres chocolatées au caramel de cacahuètes quand il y en a. Tout est question d’équilibre. M’enfin.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas dans une optique détox puisque, franchement, je ne vois pas de quoi mon corps aurait besoin d’être nettoyé. Les jus font partie intégrante de mon alimentation au quotidien, de ma routine bien-être et de ma gestion des crises de grignotages. Et c’est plus sympa qu’un verre d’eau pour te couper les pulsions.

Oui, cette photo ressemble à la précédente mais j’adoooore les mains potelées de ma fille.

Comment utiliser au mieux son extracteur ?

Tous les propriétaires d’extracteur vous le diront, il y a des périodes d’amour fou et de préparations compulsives de jus, et des périodes d’indifférence totale. J’ai bien analysé ces dernières et j’ai essayé d’améliorer ma gestion de l’extrateur au fil des années.

  • Comme les meal prep, pensez à avoir un plan de travail et un évier vide pour la préparation et le nettoyage derrière,et un seau à compost vide également. Comment ça, vous n’avez pas de seau à compost?  Selon les mélanges de légumes et de fruits, on n’a pas forcément envie de réintégrer notre pulpe fenouil / orange / betterave / poires dans une quiche, hein. Un extracteur prend un peu de place quand il faut le laver, autant pouvoir l’égoutter de suite (cela ne passe pas au lave vaisselle).
  • SIM-PLI-FIER les jus. Non au jus avec 8 aliments qui finissent en couleur marronnasse, oui aux jus avec 3 ou 4 aliments, faciles à anticiper dans la liste de courses, de saison et économique. Je ne vous cache pas que les rarissimes fois où il m’arrive d’acheter un ananas frais ou une mangue à prix d’or, j’ai pas du tout envie de la transformer en jus.
  • Des jus de LÉGUMES, avec éventuellement un peu de fruits et pas l’inverse. Un jus de fruits (frais ou en bouteille), c’est un peu de vitamines, certes, mais c’est surtout 100% de sucre en intraveineuse, en route directe pour l’organisme, alors bonjour le pic de glycémie ! Privilégier le plus possible les jus de légumes. Pour ma part j’y intègre toujours un fruit, qui va adoucir. Et parce que je mange peu de fruits sinon.
  • Selon les saisons, listez-vous quelques recettes de base que vous pourrez répéter tout au long des semaines. Par exemple, cet hiver, j’ai réalisé essentiellement des jus carottes, chou rave, patate douce, orange et gingembre pour une belle couleur orangée, et épinard, pommes, persil. En ce moment, c’est surtout épinard, fenouil, orange et carottes. Du simple et du pas cher, car il faut une belle quantité de légumes pour avoir du jus, donc il ne sert à rien de vous ruiner.
  • Penser à ajouter toujours un légume ou un fruit très riche en jus afin d’augmenter le volume et/ou d’adoucir le goût : orange, clémentine, concombre, pastèque, pomelo, melon…
  • Penser à ajouter un citron afin de faciliter la conservation et limiter ainsi l’oxydation des jus.
  • Il est possible de booster encore davantage des jus en leur ajoutant des « superaliments » : c’est à dire des aliments très riches en nutriments et aux propriétés multiples : toutes les herbes aromatiques (menthe, basilic, persil), des rizhomes comme le curcuma et le gingembre, des graines germées…
  • Utilisez également votre extracteur comme recyclage des fanes ou légumes abimés: j’y écoule la salade que je n’ai plus envie de manger, les fanes, les tiges, les feuilles de chou fleur… j’évite par contre ce qui est vraiment trop fort comme le vert des poireaux ou les oignons. On se fait du bien, on se rappelle?
  • Les intégrer à votre menu : si je consomme des jus de légumes quand je jeûne, je les ajoute également à mon repas du midi ou du soir, comme entrée par exemple. Du coup, je peux manger moins, voir pas du tout de légumes après car j’aurais eu beaucoup de vitamines et de minéraux dans mon jus.

On me dit souvent qu’il est dommage de supprimer les fibres dans les jus et qu’il faudrait mieux prendre des smoothies.  C’est vrai pour les personnes qui ont une alimentation très pauvres en fibres, soit… à peu près tout ceux qui mangent de la viande et du poisson chaque repas avec des patates en guise de légumes. Pour ma part, vu ma consommation de légumineuses, de céréales complètes, de graines et de légumes, je ne manque pas du tout du fibres.

L’extracteur Kuvings, un magnifique appareil solide et fiable

Je possède depuis deux ans et demi l’ancien modèle, le C9500, dont j’étais très satisfaite, deux détails mis de côté, mais qu’on le retrouve dans tous les extracteurs : le nettoyage, pénible si on n’a pas anticipé la préparation des jus. Et les résidus, un peu de pulpe, dans certains jus réalisés avec des légumes durs comme les carottes, panais, patate douce, céleri, betterave… Rien de dramatique, mais comme je me sers principalement des jus pendant ma période de jeûne quotidien, j’apprécie d’avoir des jus très lisses et sans aucun morceau.

Murielle, de Warmcook, m’a proposé de tester le dernier extracteur. Je n’ai pas dit oui tout de suite car je suis quand même très satisfaite de l’ancien, mais elle a d’emblée mis en avant ces deux points, avant même que je ne lui en parle : le nettoyage qui est plus facile et l’absence de résidu dans les jus. Bon. D’accord !

Et en effet, quel bonheur, les jus sont 100% lisses, et le bol principal a été modifié, sans languette dessous et avec des sorties raccourcies pour la pulpe (pour ceux qui connaissent) et qui fait que je n’ai plus rien qui reste coincé à l’intérieur et que le nettoyage va beaucoup, beaucoup plus vite ! Le design est toujours aussi beau et il trône fièrement sur mon plan de travail de son beau rouge rubis. J’avais choisi l’extracteur Kuvings en remplacement d’un autre à la base pour deux raisons :

  • La quantité de jus qui est importante car la pulpe est vraiment sèche quand elle sort de l’extrateur,
  • Le large goulot. En bonne feignante, j’apprécie de ne pas avoir à couper mes aliments en petits cubes comme c’est le cas sur beaucoup d’extracteurs, dont celui que j’avais avant. Pouvoir glisser une pomme entière ou un citron, des carottes non coupées ou de grands bâtons de courgettes ou des grosses poignées de feuilles c’est vraiment un sacré gain de temps.

C’est vraiment un extracteur robuste, très bien fini, qui accepte tous les légumes (en veillant bien sur à enlever les noyaux !).

Seulement des jus, l’extracteur Kuvings ? Non !

Avec l’extracteur Kuvings, je prends également beaucoup de plaisir à réaliser des laits végétaux avec, c’est bien plus simple qu’avec le blender finalement : on ajoute par intermittence des noix trempées et l’eau et la pulpe (l’okara) sort d’un côté et le lait de l’autre directement dans le récipient. Je le rince sous l’eau chaude et c’est fini.

D’un côté le lait déjà filtré, de l’autre l’okara prêt à l’emploi !
Lait de noix savoureux : 200g de noix trempées une nuit. On jette l’eau, puis par intermittence dans l’extracteur allumé, on verse une poignée de noix et 1,5 litre d’eau.

Petit cake au noix tellement bon ! Recette de base du cake salé vegan ici en ajoutant seulement 150g d’okara et du persil à gogo.

Est disponible également un kit à smoothie et à glace. Autant je trouve que c’est plus rapide de réaliser un smoothie au blender (surtout avec le tribest), autant les glaces minutes, c’est vraiment génial ! Vous ajoutez vos fruits congelées, légèrement décongelées dans l’extracteur, et vous avez une magnifique nice cream qui ressort. L’été les enfants aime beaucoup les simples mélanges bananes et fruits rouges du jardin. Ils aiment aussi se préparer des compotes crues minute sans aucun morceau avec le filtre à smoothie.

Je réalise également mes coulis de tomates en été avec l’extracteur. Et oui, fini la corvée d’enlever le pédoncule et de mixer, je mets mes tomates dans l’extracteur avec ail et herbes et je place ensuite le coulis directement en bocal avant de le stériliser

Les recettes des enfants

Si, tant qu’à faire on peut inciter les enfants à boire des jus de légumes, autant en profiter, non ? Les miens sont très simples : pas de couleur zarbies (genre le violet on évite, le marron, on oublie. Le vert, ça dépend. Parce que maman a expliqué que Hulk il était super fort car il mangeait de la chlorophylle. Ne me remerciez pas. Je sais.). Pas d’ingrédient fort : exit le gingembre, le curcuma frais ou les légumes au goût relevé comme le fenouil, ou la roquette, le céleri branche (que je déteste littéralement en jus donc pas de risque) ou alors en quantité très minime.

Ils aiment les mélange très doux :

  • Épinard, carottes et pommes, tout simplement ils adorent.
  • Melon, framboises, concombre.
  • Carottes, patates douces et oranges.
  • Un peu de fenouil, avec de la mâche et des pommes.
  • Le gaspacho version jus l’été, mais sans ail (tomates, poivrons, courgettes, menthe ou basilic).

Et si vraiment le goût leur semble trop fort, je dilue avec du jus de pommes. Parce que un jus de légumes avec une jus de fruits vaut mieux que … vous connaissez la suite !

Conserver plus longtemps ses jus sous vide d’air

Je clôturerai cet article en vous présentant le « gadget » dont je suis raide dingue depuis que je l’ai : la bouteille sous vide.

Alors ça, c’est vraiment la cerise sur la gâteau, le pompom sous le manège, la cacahuète dans la barre.

Imaginez, au lieu de préparer des jus tous les jours, vous en faites un ou deux litres d’un coup, vous les versez dans une bouteilles, cinq/six coups de petite pompe manuelle et hop, sous vide d’air ? Les nutriments préservés et la couleur qui reste inchangée ? Je suis complètement fan. Je me prépare trois fois du jus dans la semaine et je le conserve au frais pendant deux jours, voir un peu plus. Du coup, j’ai tout le temps du jus frais et riche en vitamines, la bouteille se cale dans la porte du frigo et les enfants la trouvent tellement marrante avec le « pshiit » qu’ils demandent à en boire. Le top.

La cacahuète dans la barre, je vous avais dit !

 

Grâce à ce partenariat avec Warmcook, vous pouvez bénéficier de 10% sur TOUT LE SITE avec le code LECULDEPOULE

 

J’espère que cet article aura pu vous être utile ! N’hésitez pas à partager vos astuces si vous possédez un extracteur de jus.

25 commentaires sur “Comment utiliser au mieux son extracteur – Présentation du Kuvings

  1. Bjr Mélanie,
    Ton article est vraiment intéressant. Pour l’extracteur ce ne sera pas pour maintenant car depuis février j’ai investi dans du matériel de cuisine, casseroles, 2ème faitout( petit modèle)… et pour finir un vitamix petit modèle. Merci bcp pour les 10%. Je vais en profiter pour acheter la bouteille sous vide. La blogueuse Cléa y met ses « laits » vgtaux.

    J'aime

    1. Bonjour Christel,

      Je n’y avais pas pensé car ici le litre de lait ne fait pas la journée mais effectivement c’est une très bonne idée de le conserver sous vide quand on n’en consomme peu, ou que l’on vit seule ou à 2 !
      Et oui, ce n’est pas un petit investissement, je vois que tu t’es refait une belle batterie ! Je vais aussi me racheter un petit faitout bientôt, il faut que je fasse un peu de place dans mon placard avant 😉
      Bonne journée,
      Mélanie

      J'aime

  2. Salut Mélanie
    Merci pour ta revue de l’extracteur et aussi pour les idées de jus 🙂
    J’imagine que tu l’utilises pour faire le lait de soja pour le tofu ? Tu extrais plus de lait avec l’extracteur ?

    Pour quand un petit article sur le power fermenter ? 😀 J’imagine que le tempeh devient un jeu d’enfant avec ça !

    à bientôt!
    Nicolas

    J'aime

    1. Bonjour Nicolas,
      Ecoute, je suis bien bête à lire ta question car je n’ai jamais pensé à faire mon lait de soja dedans alors que je le fais pour tous les laits de noix…Il n’y a que le lait de flocons d’avoine que je fais au blender Quelle andouille. Je crois que ça va bien me simplifier la vie en effet !

      Quand au power fermenter, oh que oui, le tempeh fut un jeu d’enfant, c’est la première préparation que j’ai essayé dedans (mélanie 2.0 incapable de faire ce que dit un mode d’emploi) et quel bonheur d’avoir une température constante et de le réaliser en un peu plus de deux jours au lieu de 4 dans mon four ( et sans dépendre de la température ambiante qui m’en a moisi 2 fois de suite…).

      Je continue mes tests avec le fermenteur avant de vous faire un article ici bien sur ! Je n’ai jamais rien réalisé qui soit fermenté donc j’apprends : pickels, vinaigre & co. Par contre je viens de faire cette semaine, des yaourts avec (classique), des yaourts à la grecque (on dirait des « petit suisse », j’adore la texture très ferme !), du fromage frais, et du tempeh donc. et la semaine prochaine je m’attaque aux légumes fermentés et au vinaigre parfumés. Du bonheur.

      Belle journée à toi !

      Mélanie

      J'aime

      1. Quelle réponse! 🙂

        Je te souhaite de belles aventures avec la fermentation, je trouve ca super intéressant ! Je suis assez débutant dans ce domaine mais j’en ai déjà réalisé quelques unes (kimchi et choucroute) et c’était un régal à chaque fois.
        En ce moment j’expérimente la réalisation de tofu soyeux (pas si simple!), le prochain sur la liste sera surement le tempeh.

        Un article spécial fermentation serait encore mieux en fait (le mec pas trop exigeant haha).

        Belle journée également et bonne continuation 🙂

        Nicolas

        J'aime

      2. Bien plus calé que moi en fermentation, tu as le blog ô combien complet ni cru ni cuit : https://nicrunicuit.com/

        J’aime beaucoup la choucroute mais je connais très peu en dehors de ce légumes la lactofermentation, donc je suis contente de tester.

        Pour le tofu soyeux, le plus compliqué c’est surtout de ne pas trop laisser égoutter. Mais finalement la base est la même que le tofu, avec moi d’agent coagulant afin d’avoir un caillé plus souple 😉

        J'aime

      3. Merci pour ces conseils et le partage du blog sur la fermentation !

        Pour le tofu soyeux, je rajouterais que (dans le cas où on utilise du nigari), pour avoir une texture super lisse et un résultat optimal, il faut le faire avec du lait très épais (rapport soja:eau de 1:7) et le coaguler à basse température (65-68*C).
        Au cas où des amateurs de tofu soyeux passent par là…

        A+
        Nicolas

        J'aime

    1. Moi non plus je n’avais jamais pensé à la patate douce ! Je pensais qu’on ne mettait que des aliments que l’on consomme crus d’habitude (peut-être que la patate douce se consomme aussi crue ?!)
      Je suis intriguée aussi par ce que tu dis du citron : tu le mets entier… y compris avec sa peau ?

      J'aime

      1. Bonjour Charlotte, oui je le mets en entier le citron, comme les clémentines à peau très fines, et les oranges dont je ne pêle que la moitié. Aucune amertume et c’est plus rapide. Je n’ai jamais mangé de patate douce crue – en dehors des jus , mais il ne me semble pas qu’elle soit toxique, contrairement à la pomme de terre par exemple. Et j’ai lu beaucoup de recettes la mettant en avant, notamment pour sa richesse en beta carotène.
        A bientôt !

        J'aime

  3. Coucou Mélanie !
    J’ai acheté un extracteur il y a deux et demi et je m’en suis surtout servi au début puis plus du tout, mais tu ma donné envie de m’en resservir, faut dire que ma cuisine est tellement petite que je dois le ranger dans sa boîte apres chaque utilisation…c’est pas encourageant!!
    Franchement le tient donne envie. Car ne plus couper les légumes et en plus se faire des lait végétaux la classe!!
    Merci pour cet article, bisou

    J'aime

    1. Bonjour Aude,
      Il est certain qu’un appareil de ce type devrait être sur le plan de travail au risque e prendre la poussière. Je n’aime pas les appareil qui n’ont qu’une seule utilité, donc en effet celui ci est bien rentabilisé entre les jus, les lait et les coulis de tomates !
      Bisous

      J'aime

  4. Merci Mélanie pour ton article je suis aussi fan des jus de fruits et légumes!
    J’ai le Vitamin One de e.zichef, je l’ai pris pour sa rotation lente à 55 tours et son petit prix, budget étudiant oblige (mais actuellement soldé… à 60€! sur rue du commerce).
    Beaucoup critique les jus pour leur absence de fibre mais le but n’est pas justement d’absorber rapidement tous les vitamines et minéraux sans passer par la case digestion? Surtout si l’on compense en fibres à côté. Car perso, je ne pourrais pas manger directement 2kg de f&l, mais les boire oui!

    Si tu as Netflix, as-tu les documentaires Fat, Sick & Nearly Dead? Il retrace le parcours de Joe Cross, obèse et malade qui décide de faire une cure de jus… Je te laisse deviner la conclusion du documentaire vu que j’ai acheté un extracteur moi-même… 😉

    J'aime

    1. Bonjour Sophie,
      je regarderai le documentaire dont tu parles. Nul doute que le changement a du être important en effet ! Quand c’est intégré à une routine, l’effet des jus est assez frappant. Comme tu dis, on enlève les fibre spour justement bénéficier de tout le reste plus facilement. Les fibres vont surtout ^tre intéressantes avec les fruits afin de diminuer la glycémie. Il vaut mieux manger un fruit entier qu’un jus de fruit, ça c’est clair. Pour les légumes, aucun souci de ce côté là. Mais par contre, il faut veiller à avoir une alimentation suffisamment brute et complète à côté, pour tout de même avoir un bon ratio de fibres indispensables au fonctionnement du système digestif et également important pour la satiété !
      Merci beaucoup de ton message et bonne journée.

      J'aime

  5. Coucou, vraiment très intéressant. Ca m’aurait quand-même intéressée de savoir si tu mets systématiquement la pulpe au compost. Car c’est ce qui me freine le plus à faire des jus… J’ai vraiment l’impression de gâcher une bonne partie du produit. J’ai déjà essayé de réutiliser la pulpe, par exemple en faisant des boulettes. Mais comme je mélange légumes et fruits, ben ça pas franchement très bon… Belle journée! Tina

    J'aime

    1. Bonjour Tina,
      Je mets très souvent au compost les mélanges qui ne me conviennent pas en cuisson. Il faut tout de même avoir à l’esprit que ce qui reste dans le pot,la pulpe, ce sont les fibres des fruits et légumes qui dans tous les cas finiront au fond de la cuvette car elles ne sont pas du tout assimilées par l’organisme 😉 Donc si on consomme à côté suffisamment de fibres de céréales complètes, légumineuses, noix et autres végétaux, il ne faut pas culpabiliser de ne pas réutiliser systématiquement la pulpe. C’est au contraire souvent un moyen de consommer plus de vitamines qu’on ne le ferait en temps normal.
      Bonne journée !
      Mélanie

      J'aime

  6. bonsoir Mélanie,
    ici aussi warmcook est à l’honneur! La cocotte qui va au four, l’extracteur (je ne sais plus le modèle, le1er sorti en tout cas!) en gros depuis 3 ans voire 4? Le prochain achat et l’écovitam, sans doute mon cadeau de noel! Merci pour l’idée des coulis de tomates, je n’y avais pas penser!! Je file voire les bouteilles, ça me permettra de remettre l’extracteur en route, car quand on se lève à 5h du matin, la flemme pour faire un jus!! merci!! la réduction est valable une seule fois je suppose? pour savoir si je craque pour l’écovitam en même temps… fête des mères en vue?? lol!!

    J'aime

    1. Bonjour Françoise,
      Une convaincue alors! La bouteille est super pratique exactement pour cette raison : quel gain de temps et plus d’excuse !
      Et non, la réduction est valable autant de fois que tu le veux 😉
      Bonne soirée,
      Mélanie

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s