Bien-être

Comment se mettre au sport (quand on n’aime pas ça)

Ma routine forme et bien-être

– Mélanie, je vais te donner envie et t’expliquer comment te mettre au sport.

– Pas de problème, je serai prête à l’aube chaque jour avec ferveur et motivation #battementsdecilscompulsifs #déhanchélangoureux

Si on m’avait dit qu’un jour j’allais vous parler sport ici, j’aurais ri à m’étouffer avec l’emballage d’un paquet de chips. Quel gâchis à l’aube de la quarantaine tout de même.

Je vous ai un peu arrosé de recettes le mois dernier, alors faisons une courte pause parce que j’ai envie qu’on parle de comment se mettre au sport, bien-être et sport. Je précise ET, car les deux ne vont pas forcément de soi : on peut avoir une foule d’activités bien-être sans se bouger le popotin un iota. Et ce fut mon cas pendant des années.

Aujourd’hui encore, je ne suis guère une sportive, je n’ai aucun esprit de compétition, j’exècre le sport minceur que les réseaux nous renvoie à la tronche à coup d’abdos ultra-dessinés, de culs énormes moulés dans de tous petits shorts précédés d’une taille si fine, que même moi je fais le tour avec mes petites mains, et de conseils à deux balles de gens qui disent que c’est facile de caler ça dans son planning, parce que eux ils y arrivent, et que l’été approche et ce serait bien de ne pas faire craquer le slip de bain hein hein hein… Le tout avec un tel déhanché, le nombril à l’air, que j’ai peur qu’ils.elles n’arrivent pas à se remettre en place après.

DONC. Maintenant que mon avis sur les programmes summer fucking body est clair, passons à une autre vision du sport. Celle qui vous fait vous sentir bien, qui vous détend, qui vous invite à vous dépasser (et pas besoin d’un challenge trail en haute montagne pour ça)(même si j’en comprends à 100% les raisons pour les passionné.es).

Mon parcours

Je suis « entrée » dans le sport un peu plus régulier que mes six sorties piscines de l’année avant la naissance de ma fille, il y a 5 ans, lors de cours de yoga prénatal. Hasard, c’était à 5 minutes de chez moi, et même si je savais que j’allais avoir une césarienne, j’avais envie de m’occuper de moi, juste de moi et rien que de moi lors d’un temps dédié et calme, sans compétition au bout. J’ai eu un un coup de foudre total pour cette pratique si douce et bienveillante. Pour cette activité où le seul mot d’ordre c’était « ne vous faites pas mal, respirez, ne forcez pas, écoutez vous ».

Les yogi aguerris savent bien qu’il existe de nombreuses formes de yoga, parmi lesquelles certaines pratiques extrêmement toniques et endurantes. J’étais enceinte, alors pensez bien que des pirouettes endiablées n’étaient pas au programme.

Quelques mois après la naissance, j’ai accompagnée une amie à un cours de Kundalini yoga, forme de yoga très dynamique qui mêlait au cours d’une séance méditation, enchainement de postures (très) dynamiques, mantra chanté et relaxation. 1h30 de bonheur total. J’ai poursuivi plusieurs mois, mais le niveau était trop élevé pour moi qui n’avait jamais pratiqué de sport régulièrement, qui avait accouché quelques mois avant et je me suis blessée.

Mais la graine était plantée. J’ai poursuivi à la maison, chaque semaine avec des vidéos, sans me mettre la pression une seule seconde. Simplement pour me détendre, m’assouplir, passer un moment en tête à tête avec moi-même et mon tapis.

C’est au cours de ces séances que j’ai appris qu’on pouvait ne pas être sportive, ne pas aimer le sport, mais aimer mouvoir son corps dans la douceur et dans l’écoute. Ayant un corps peu musclé et souffrant d’inflammation chronique depuis des années, je n’ai jamais vu plus loin que ces séances détente en terme d’objectif, que j’ai complété pendant un an ensuite avec une professeure de yoga doux, pour améliorer mes postures. J’ai encore aujourd’hui un bien piètre niveau (je n’ai pas la gagne, ni l’esprit de compétition, et jamais je ne me suis dit « ça il faut que j’y arrive ! », mais j’ai gagné en confiance en moi, et en ma capacité à me mouvoir sans douleur, et ça c’est inestimable.

S’entourer de professionnel.les

A mesure que l’inflammation dévorait mon dos et mes nuits, j’ai fait la connaissance d’une kiné en rééducation du dos qui m’a suivie plusieurs mois. Et j’ai découvert le fitness. Mais pas le truc de bourrines (pardon les bourrines) où les gens sautent partout et enchaînent des séries que toi-même tu es morte au bout de une minute et demie. Là encore, écoute de son corps, lenteur des gestes, répétition, efficacité. Et au bout de deux mois, j’ai fait la connaissance émue des mes abdominaux. Encore bien camouflés mais ils avaient éclos, les petits. Je me suis donc inscrite en septembre à un cours de Pilates, encadré par une kiné là aussi, pour compléter ce renforcement musculaire profond.

A nouveau, je démarrais de zéro, incapable de faire certains exercices simples, mais j’ai gardé en tête mes évolutions avec le yoga. Et je n’ai pas lâché. Une séance de Pilates par semaine et deux de réeducation se sont donc enchaînées plusieurs mois.

Quand la rééducation s’est mise en pause (fin d’ordonnance + le confinement qui a suivi quelques semaines après), il s’est passé un truc vraiment trop bizarre. J’étais en manque. J’avais envie de bouger chaque jour. Pas longtemps. Mais chaque jour.

Moi après 3 mojitos faiblement dosés en eau gazeuse

Choisir son activité

Toute cette longue explication, pour vous donner envie, pour des raisons de santé ou de bien-être, de trouver une activité physique qui vous plaise, et peu importe laquelle, quel que soit votre niveau.

Marche active, natation, yoga, fitness, run, danse, HIIT, musculation…

Même en ces temps de confinement, il est possible de passer quelques minutes à bouger, si on en ressent le besoin. Le net regorge de vidéos et il y a forcément des professionnel.le.s près de chez vous si vous n’y arrivez pas seul.e, et que votre planning vous le permet.

Quelques rappels

Le sport ne fait pas maigrir. Le sport muscle.

Ce qui c’est pas la même chose.

Je schématise, mais vos muscles se trouvent sous votre graisse. Donc en faisant du sport, vous développez ces muscles, ce n’est pas pour autant que vous éliminez le gras (le gras ne se transforme pas en muscle, magiquement). Je fais du sport régulièrement et je n’ai quasiment rien perdu. La perte de gras passe essentiellement par l’alimentation (SI votre prise de poids est due à l’alimentation, ce qui n’est pas du tout obligé. Une prise de poids a de très nombreuses causes (stress, hormones, fatigue, hérédité…).

Ayez un objectif

Ne visez pas la Lune, mais ayez un objectif en tête : vous détendre, vous assouplir, vous dessiner, vous renforcer, vous amuser, s’entretenir, … Avoir un objectif est une source de motivation. La principale étant de vraiment prendre du plaisir à votre activité.

Le mien est double :

x Muscler toute la sangle abdominale et cela passe par un renforcement musculaire complet, incluant les muscles fessiers puisque ces derniers soutiennent aussi le bas du dos.

x Me détendre et m’étirer pour éliminer chaque matin les crispations douloureuses dues aux inflammations nocturnes. Et ne pas finir aussi souple qu’un poteau en béton à 60 ans.

Si vous êtes déjà sportif.ves, mais que vous manquez de motivation, se challenger sur la durée d’une course, une longueur da nage, des postures de danses ou de yoga à maitriser est une excellente idée !

Mon programme :

Je ne suis pas DU TOUT coach sportive, donc ça ne sert à rien de suivre ce que je mets, ce ne sont pas du tout des conseils, juste mon programme perso.

J’ai une application gratuite sur mon téléphone ( 30jours – Fitness challenge) qui me guide chaque jour pour faire du renforcement musculaire. Je l’ai choisie simplement car on peut tester la phase 30 jours gratuitement et qu’on peut moduler les exercices selon son niveau. La durée est progressive, au début il s’agit d’une poignée de minutes et plus on avance, plus les répétions augmente et la difficulté aussi. J’aime particulièrement cet aspect qui me permet de voir une évolution chaque jour. Et surtout de me laisser guider, c’est très important de ne pas avoir à réfléchir.

Autant en cuisine, je suis bien incapable de suivre une recette, je cuisine beaucoup trop pour ça, autant en sport, ce n’est pas mon dada, alors je débranche ! J’envisage de passer sur une payant sur la durée à la fois pour supprimer les pages de publicité et puis c’est aussi important de rémunérer ceux qui proposent ce travail de qualité. J’en suis pleinement satisfaite !

La plupart des coachs sportif.ves en ligne ont leur propre application donc selon vos affinités, n’hésitez pas à regarder !

Renforcement musculaire

>> Régularité : 3 à 4 fois 20-30 minutes par semaine

Mon mari s’est joint à moi récemment lors de quelques séances, à force de me voir faire ça lui a donné envie. A deux on se motive, et on ne craint pas le regard de l’autre. Car oui, je sais que certain.e.s ont peur de se ridiculiser à la maison, n’ayant pas le « niveau ». Ce qui est dommage, on se fait du bien et on rigole !

Yoga / streching

En parallèle, pratiquant le yoga depuis quelques années maintenant, j’ai appris à repérer les postures que j’aimais le plus et je me cale une séance par semaine, soit de yoga postural lent et doux, soit de yoga streching complet. Yoga With Adrienne, Yoga coaching, Yoga Fire with Jo font partie de mes chaines préférées.

>> Régularité : 1 fois 20 à 45 minutes par semaine, parfois quelques minutes rapides au réveil et au coucher pour dénouer.

Marche nordique (à venir)

Je suis une grande marcheuse et j’adore la randonnée. Je me suis donc équipée pour débuter la marche nordique… 2 jours avant le confinement. Mes bâtons attendent sagement leur délivrance ! Cette session de marche remplacera allègrement une session de fitness.

Pour terminer

  1. Identifiez ce que vous n’aimez pas (la répétition, les sauts), l’endurance…
  2. Choisissez une activité simple et qui ne demande pas trop de temps ou d’investissement financier au début (Oui, moi aussi je me suis full équipée pour faire de la course à pied il y a des années, et vraiment ce n’était pas du tout mon truc, et ça ne l’est toujours pas).
  3. Fixez-vous des jours dans la semaine pour pratiquer. Il va de soi qu’en ce moment pour beaucoup d’entre nous c’est plus simple de gérer notre temps. Mais en dehors de cette période, il vaut mieux se placer une a deux séances que l’on est sûr.e de réaliser plutôt que 4, et culpabiliser ensuite.
  4. On ne se met pas la pression, comme toute habitude à prendre, le principal est de réussir à caler des séances (mêmes courtes !) régulièrement. C’est pour ça que j’aime bien le HIIT (ou peu importe comment vous l’appelez), du renforcement musculaire & cardio où on enchaîne, car 10-20 minutes c’est déjà bien et on se défoule !

Voilà pour cette partie sport, en espérant que cela vous donne un peu de motivation si vous souhaitez vous y mettre !

Prenez soin de vous !

28 commentaires

  1. Coucou Mélanie, et bravo pour ce programme et surtout ta régularité à la maison. Moi, depuis le début du confinement je procrastine, pas un seul mouvement. Pourtant ma prof de respi a pris la peine de se filmer et nous a envoyé des vidéos des exercices qu’elle nous fait faire et et côté gym la coach a fait de même en nous postant ça sur Facebook. Mes bâtons quant à eux forment dans le placard, date à laquelle l’association m’a virée car je ne pouvais pas suivre leur rythme, ça m’a démoralisée. Ridicule, moi qui, il y a quelques années, adorait aller randonner en solitaire. Il est grand temps que je me reprenne en main. En plus j’ai plusieurs vidéos de qi gong de séries déjà faites en cours et que je ne fais pas. Pfff!!!!
    Enfin tu as fait un article qui n’est pas de cuisine, car depuis le confinement, c’est impressionnant le nombre de gâteaux sur la toile, à croire que c’est la partie principale des menus !!😁
    Bon dimanche à toi, moi je mets mes plants en godets pour des légumes cet été.

    1. Coucou,

      Mais c’est fou de se faire virer comme ça ! C’est honteux !

      J’espère que tu trouveras une activité qui t’épanouies !

      Et bon, je vais quand même encore partager de la bouffe hein, mais j’essaie d’espacer un peu 😉

      Bises

  2. Tout à fait d’accord Courage j’ ai commencer le sport à 40ans avec 3 enfants et j’ai 63 ans et ne peux plus me passer de sport pour le bien être de son esprit ;

  3. Je suis comme toi : pas sportive de base (une des dernières appelées lors de la constitution des équipes au collège – quelle pratique humiliante n’est-ce pas !), rouge comme une tomate au bout de 5 minutes d’effort et pendant 2 heures ensuite, j’ai appris à aimer le sport à l’âge adulte en faisant enfin ce qui me fait du bien ! Fitness et gym suédoise. D’ailleurs si ça vous dit, Swedish Fit met des cours gratuits en ligne tous les jours pendant le confinement, soit sur leur site, soit sur Facebook. Il y a plusieurs niveaux d’intensité, de quoi plaire à tout le monde. Et comme toi, quand je ne pratique pas, ça me manque ! Vive les endorphines ! Par contre pour la question de maigrir/grossir, j’aurais une position plus nuancée : je pense que ça dépend des personnes et de leur métabolisme. Trop de gens ne cherchent à mincir que par l’alimentation, or faire du sport dynamise le métabolisme. La réponse se trouve quelque part au croisement des 2 ^_^ et surtout dans le bien être et le faire de faire la paix avec soi <3

    1. Bonjour,

      Tu as raison, c’est pour ça que j’ai précisé que je schématisais car ce n’est pas aussi simple. Et cela dépend vraiment des sports. Faire du sport (cardio, énergique) accélère le métabolisme et brûle davantage de calories oui. Faire du yoga doux ou de la marche tranquille ne va pas vraiment le modifier, ou pas autant en tout cas.

      Et oui, bien-être avant tout !

  4. Coucou Mélanie,
    Merci pour cet article même si le sport n’est pas vraiment mon truc. J’avoue qu’entendre parler sur tous les tons comme un mantra de yoga, ftness et de méditation même si ce n’est pas du sport m’horripile; J’ai bien compris qu’ici on propose et on n’oblige à rien. Je rêvera de faire du vélo. Bon pour cela il va falloir prendre son mal en patience
    Bon fin de journée!

    1. Je peux tout à fait comprendre que ce soit usant quand on n’a pas du tout envie d’en faire.

      IL ne faut pas y voir une injonction ici en effet, juste un partage d’expérience.

  5. Super ces liens de chaine en français. En anglais c’est plus difficile de suivre…et en plus sur les chaines en anglais que j’ai regardé, les prof expirent par la bouche ce qui n’est pas ce que j’ai appris, cela me déconcerte.

    1. Salut, je trouve aussi que c’est plus dur à suivre en anglais, de mon côté je pratique un peu avec les vidéos de Delphine Marie Yoga sur youtube. Elle précise parfois quand il faut expirer par la bouche, en fait c’est une technique différente et peut être qu’on le retrouve plus dans certains types de yoga que d’autres

      1. La Nébuleuse, je vais regarder les vidéos de Delphine Marie Yoga, je viens de faire celui de Jo, elle respire parfois par la bouche mais c’était un peu un exercice de pranayama, sans le dire que pendant les postures.

  6. Je me reconnais complètement dans ton récit… Le premier sport auquel j’ai accroché c’était la natation, parce qu’il n’y avait personne pour m’embêter et que je pouvais nager seule sans pression, sans compétition (les sports collectifs c’était toujours un peu ma hantise, ne parlons même pas des cours de gym du collège où tu passes devant tout le monde en ratant lamentablement ta roue – j’ai jamais su faire la roue). « un peu plus régulier que mes six sorties piscines de l’année », j’ai bien ri, c’est à peu près ça pour moi !

    Entre temps j’ai aussi découvert le yoga et c’était parfait, car depuis mes 10 ans environ je fais des exercices de kiné pour éviter le mal de dos (j’ai un petite scoliose, finalement rien de grave mais j’ai vite mal au dos). Et il se trouve que beaucoup de ces exercices sont très très proches de postures de yoga. Et finalement, et là contre toute attente, l’escalade en salle (en bloc), assez complémentaire du yoga.

    J’ai bien aimé ta suggestion de programme de renforcement doux !

    1. Ahlala, la roue…Et l’équilibre où tu te rétames lamentablement devant tout le monde, on en parle ? J’avais aussi en horreur les sports d’équipe ou les mascottes côtoyaient la basse fosses des étudiants nullissimes.

      C’est chouette de voir que le yoga, au delà de l’engouement médiatique parfois démesuré et lui prêtant mille vertus, est une pratique qui arrive à redonner confiance en soi (en ses capacités physiques en tout cas) sans pression.

      Et oui, le renforcement est intéressant pour se muscler et faire travailler son petit coeur en peu de temps !

  7. Merci pour cet article, je cherchais justement à compléter ma pratique avec des exercices de yoga ! Je suis plutôt sportive, mais absolument pas dans la compet’ ou dans une optique de maigrir, plutôt parce que je sais que ça me fait du bien ! Alors je comprends et j’approuve ton discours à 1000% !!!

  8. Moi j’ai investi dans le « jeu » ring fit de la switch (nous avions déjà la console). C’est un peu cher (70€) mais c’était un auto-cadeau 😀 Je me suis fixée des objectifs raisonnables tant pour la difficulté des exercices que pour le nombre de séances/semaines. J’avoue que j’étais quand même assez sceptique au début mais ça fonctionne bien. Je ne me considère pas comme étant « une sportive » mais je ne suis plus à bout de souffle après 2 volées d’escaliers et je sens que ça me défoule bien. Les chats n’ont toujours pas compris ce que je foutais 3x/semaine dans le salon en short et en basket mais je sens que ça me fait du bien donc le but est clairement atteint et l’auto-cadeau rentabilisé

  9. Super article (encore !!) Merci et oui, c’est super motivant de te lire nous parler de sport ! Ça me donne envie, et je me sens moins seule !

  10. Coucou Mélanie,
    Je ne sais pas lequel du « se mettre » ou « aime pas ça » m’a motivée à lire ton article, mais ce n’est en tout cas pas le mot « sport » qui m’a convaincue ;-D (non puis t’façon je lis tous tes articles, MERCI pour tes contenus)
    En effet, comme toi je n’ai pas l’âme d’une sportive, mais sans doute est-ce comme la « main verte » : on l’a tous, mais différemment.
    Je ne fais aucun sport mais j’aime marcher (pratique actuellement!) ; et heureusement, 2 jours avant le confinement, je ne m’étais pas acheté des batons de marche comme toi, mais (re)mise au yoga (j’en ai fait il y a …10 ans?) avec la chaine Yoga Fire by Jo , conseillée par une amie. Et comme je l’en remercie ! Jo propose des contenus très variés (méditation, yoga nidra, yoga pour le dos/matin/le soir/le printemps, etc) avec un ton bienveillant et qui transmet beaucoup d’indulgence et de ce que la Communication Non-Violente nomme auto-empathie.

    A la fois, la situation présente est source de stress qu’il faut apprendre à « gérer », et aussi source de + de plages de temps « libre ». Alors, bien décidée à adopter un autre rapport au temps en cette période, et à m’accorder du temps : je me suis lancée ! Avec des exercices tout simples, mais quotidiens, car en effet, assez vite nous manque ce moment pour soi si on ne le fait plus.
    Mais du coup j’ai péché par enthousiasme et en ai fait trop d’un coup. Même simples, les exercices réveillent des parties du corps et il faut y aller en douceur. Or avec la solitude et le stress dus au confinement, on tend à faire beaucoup de ce qui nous fait du bien.
    Donc mes collègues, pratiquant le yoga depuis des années, m’ont plutôt conseillé de m’en tenir aux 2-3 mêmes enchainements pendant un bon moment (l’esprit du yoga c’est aussi accueillir la répétition) et de faire du yoga nidra, immobile.

    Il y a encore quelques jours j’étais très éloignée de cet univers, mais j’ai vraiment pris goût à ce moment pour moi, qui éveille des parties de mon corps en douceur (je le fais surtout pour me détendre, tant mieux si ça me sculpte 😉 ), et je retiens que « sur le tapis de yoga, tout est possible ».

    Depuis ce week-end, je me contente juste d’une vidéo du Matin de Yoga Fire by Jo + quelques salutations. 2-3 yoga nidra par jour et quelques méditations (dur, mais j’essaie ! ).
    J’ai fait l’erreur de me disperser et de plonger avec délice dans la variété de contenus proposés sur le sujet ; mais c’est tout aussi appréciable de s’en tenir aux mêmes, on est plus présent , plus attentif à la respiration et les évolutions sont plus faciles à percevoir 🙂

    Je fais également sa vidéo pour Le Bas du dos, très bien tant pour les problèmes de stress, de sédentarité, que de transit 😉

    Je vais jeter un oeil au fitness dont tu parles !

    A dire vrai, j’aimerai me remettre au sport (je prends le yoga comme une activité de relaxation) par des vidéos de danse, qui défoulent et mettent en joie en cette période, tout en se reconnectant à son corps et à une pratique plus active.

    Mais je ne sais pas où trouver des vidéos de danse entraînante, joyeuse et pour débutants…Je ferai bien n’importe quoi toute seule chez moi, mais comme toi je me suis déjà blessée, et là c’est pas l’idée ;D

    1. Coucou Mathilde,

      Je ne sautes pas non plus sur ce type d’articles^^

      C’est intéressant ce que tu dis. J’ai aussi tendance à changer souvent de vidéos, et je pense que je progresse vraiment moins bien de fait ! Je vais aller choisir un ou deus et m’en tenir le temps de mieux maitriser les enchainements. Merci pour ce retour d’avis. La vidéo bas du dos sera tout indiquée.

      Bises,

      Mélanie

  11. Hello pas sportive non plus , et au collège on me prenait aussi la dernière dans l’équipe pour jouer au volley. J’ai découvert la marche nordique voilà plus de 10 ans (le temps passe) j’ai 60 ans, donc je marche , j’ai essayé de faire plus de vélo mais je crois que je n’adore pas , je l’utiliserai pour me déplacer .J’ai toujours fait de l’aérobic, du step , puis de l’aquagym au moins une heure pas semaine. Puis le pilate est arrivé et j’y ai ajouté du yoga depuis 2 ans.
    Donc une heure de pilate et une heure de Yoga par semaine plus de la marche et en cette période de confinement mes profs me manquent.
    Je suis aussi Yoga Fire By Jo et Arianne de Yoga coaching et puis aussi Sunny Yoga , pour l’instant je fais des scéances tous les jours ou tous les 2 jours.
    Cela calme mes angoisses et je vois que je fais des progrès dans mes postures.
    Bonnes ondes à tous le monde, que votre pratique vous aide et vous détente.
    sylvie

    1. Bonsoir,

      Toutes les vidéos vues sur la marche nordique m’ont vraiment motivées à pratiquer cette activité plein air !

      Bravo pour tous ces sports complémentaires. Tu dois en ressentir plein de bienfaits oui !

  12. Bonjour, merci Mélanie sur ton partage d’expérience et cet article très complet. Pour ma part, j’ai aussi des douleurs inflammatoires (dos, genou, épaule) donc très difficile de trouver des séances qui me conviennent. Je fais 40 min de marche tous les jours depuis le confinement (habituellement je faisais 2h à 3h de randonnée par semaine). Le yoga souvent ça me provoque des douleurs, donc quand je suis une vidéo il y a plein de mouvements que je ne fais pas… Sinon je me fais des mini-sessions d’étirements/yoga toute seule avec les mouvements qui me conviennent mais c’est un peu rébarbatifs alors c’est pour ça que j’aime bien de temps en temps suivre une vidéo… Il faudrait que e trouve un yoga spécial « douleurs partout » !
    Comme j’ai fait des années de danse dans le passé et que j’adore ça, depuis le confinement j’ai suivi 2 fois des vidéos de gym danse. Je suis pas bien équipée en baskets donc c’est pas évident pour l’amorti. Et le souci que j’ai c’est la régularité… si vous avez une potion magique pour ça je veux bien l’avaler de suite ;D J’ai toute la motivation qu’il faut, chaque jour je me dis aller tu vas faire du yoga ou de la danse pour te muscler car la marche ne suffit pas, et chaque jour je procrastine me trouvant diverses raisons, pas le temps, trop mal, trop fatiguée… Du coup je me culpabilise et me trouve nulle… Quand je vous lis et vois la régularité que vous avez et que vous arrivez à vous motiver toute seule, ça m’ébahie ! J’aurais sûrement besoin d’un coach personnel !
    Bonne continuation à vous.

  13. Bonjour Mélanie,

    Ah, le sport. Je me suis toujours sentie sportive, et pourtant j’ai eu de grandes périodes d’inactivité ou avec juste une séance de sport de temps à autre, surtout pendant mes études et en début de vie professionnelle. C’était des moments où j’étais très stressée et pas copine avec mon corps. Et puis une maladie grave (de type sclérose en plaques, avec sport régulier hautement recommandé donc!) a été un déclencheur pour reprendre la natation et me mettre à courir. Une réduction mammaire plus tard (j’ai découvert le sport avec 3kg de glandes mammaires en moins, joie !) et aujourd’hui je pratique toutes les semaines natation, yoga, running plus des randonnées de temps en temps. C’est devenu vital et j’aménage mon emploi du temps en fonction (mais zéro kid et à 15 minutes (à pied ^^) du boulot, ça aide, sinon j’en ferais moins évidemment).
    Pendant longtemps je percevais le sport comme un mal pour un bien, maintenant comme un moment à moi et mon futur moi de 60 ans et plus (sauf quand je cours en montée, faut pas exagérer non plus, mais on se sent si bien après). Et il me semble que le plus important c’est de trouver son truc, son ou ses sports et éviter le décrochage si courant à la fin de l’adolescence, surtout pour les femmes…
    Bon yoga, gratitude for life !
    Cécile

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :