Oui, l’alimentation végétale est viable pour l’être humain

J’ai partagé sur Instagram un sentiment de colère assez important face à la lecture de certains propos sur le végétalisme sur des blogs qui publient pourtant quelques recettes végétales. Comme cela a interpellé certain.e.s d’entres vous, je vais un peu m’expliquer dans un court article.

ET JOYEUSES PÂQUES !

Il est de bon ton de critiquer ce que l’on ne connait pas, ce qui est différent de notre mode de vie, de pensée. Que l’on soit sceptique sur une façon de s’alimenter qui s’éloigne de nos schémas classiques, je le conçois. Mais que l’on diffuse, quand on est lu, suivi et reconnu, des propos extrêmement dangereux, sans aucun fondement autre que son sentiment personnel, sur la nocivité du végétalisme, cela me met en colère.

L’alimentation végétale n’est pas qu’une tendance ou une mode

Le végétalisme, et plus généralement le véganisme, sont de plus en plus étiquetés « tendance », « mode », « courant ». Mots qui en irritent certains, ou qui en raviront d’autres. Pour ma part, ils ne me font ni chaud ni froid. Mettre en avant une tendance ou une mode si elle est bénéfique, pourquoi pas, ça fait de la pub. Ceux qui sont profondément convaincus de leurs choix, comme c’est mon cas, ne devraient pas s’irriter de voir que les médias et les grosses entreprises de l’agro-alimentaire en font leur beurre, c’était couru d’avance et on n’y peut pas grand chose. On sait bien que le véganisme est un véritable engagement politique, philosophique, qu’il questionne notre société et ne se résume pas à remplacer du jambon par des pois chiches, du lait de vache par du lait d’avoine ou du cuir par du chanvre. Mais c’est pourtant par là qu’on commence, et, pour beaucoup, que l’on s’arrête. Et c’est très bien. On n’a pas tous envie de réfléchir chaque jour à la portée sociétale de nos actions, tant qu’on est au clair avec nos actes.

La « mode » vegan irrite qui, finalement ? Les consommateurs traditionnels qui y voient une lubie excentrique soi-disant plus chère et qui risque de provoquer la fin d’un patrimoine agricole ? On sait tous que les petits agriculteurs sont des gens épanouis qui gagnent très bien leur vie avec des conditions de travail époustouflantes. Les durs à cuire qui nous prennent pour des attardés refusant le « progrès »? Les vegan activistes sur le terrain qui luttent, de plusieurs façons, pour faire émerger les droits des animaux et le respect de la vie, et qui sont énervés de voir leur travail passer pour une tendance, au mieux, du terrorisme au pire ? Les éleveurs qui craignent, légitimement, pour leur gagne-pain ?

Dans tous les cas, on en parle. Pas toujours en bien, mais on en parle et l’idée se diffuse. Très lentement, ceci étant il y a peu de personnes aujourd’hui, il me semble, qui ignorent la signification du mot vegan. De là à dire qu’il y en a autant à être d’accord avec le principe, il y a encore un ravin.

Ce qu’il me semblait important de préciser aujourd’hui, dans ce billet, c’est que faire le choix de ce mode de vie, et de cette alimentation plus spécifiquement, ne relève pas d’une lubie, que ce n’est pas une décision fantaisiste et qu’à part mettre le bordel dans nos vies, on n’a pas grand chose à y gagner. Les médias et la population ne vont retenir que les ratés : les parents qui ont mal nourri leur nouveau-né, les enfants carencés, les femmes qui suivent ce « régime » pour perdre du poids, ces riches qui peuvent se le permettre (levez la main, bande de riches, qui êtes là à lire mon texte au lieu d’aller lustrer vos lingots !).

L’alimentation végétale est scientifiquement recommandée comme l’une des meilleures pour la santé

Il y a bien plus d’études sérieuses qui mettent en avant les bienfaits à court et à long terme d’une alimentation végétalienne à partir de végétaux peu transformés, que d’études qui vont vous démontrer que la viande est bonne pour la santé ou que les produits laitiers sont bons pour le squelette. Ne les cherchez pas, elles n’existent pas et ne sont que pures inventions marketing pour écouler des stocks et faire tourner une industrie. Même bio, même locale. Je discutais encore ce matin avec un patron de Biocoop qui voulait me convaincre gentiment du bien fondé de ces nouveaux « oeufs qui ne tuent pas la poule » . Je lui ai simplement demandé ce que devenaient les poussins mâles, lors de la chaine de production de ces oeufs si éthiques et si bios (et qui clairement bénéficient d’un mieux vivre, ne soyons pas de mauvaise foi !).

« Leurs fonds cherchent à financer la connaissance du sexe dans l’oeuf afin d’éviter les poussins mâles ! » (NDA : le sexage des oeufs »).

C’est quand même du gros délire d’en arriver là. Juste pour pouvoir manger des oeufs,  on investit des fonds de recherches (c’est le cas de plusieurs pays) pour éviter les oeufs mâles. Je comprends les démarches d’amélioration de vie des conditions animales, elles sont souvent une étape indispensable avant la suppression, et cela pourrait faire l’objet d’un article, mais on en revient toujours au même : la fabrication de sous-produits animaux entraine la mort d’autres animaux inutiles à cette fabrication, même bio, même locale : agneaux, chevreaux, veaux, poussins mâles…

Pour être parfaitement objective et honnête, non un peu de poisson, de beurre ou de yaourts de temps en temps n’a tué personne (pas d’humains, j’entends). Je ne vais pas rentrer dans les détails de cette consommation occasionnelle, car finalement très peu de personnes la suivent, et ce n’est pas le propos. Mais si vous êtes blogueurs.ses omnivores, si tout simplement vous êtes un.e lecteur.rice de passage ici, ne répandez pas des allégations santé alors que vous ne savez absolument pas de quoi il retourne d’un point de vue santé. Ce n’est pas parce que nous vivons dans un pays qui a des années-lumières de retard et qui peine vraiment, par le poids des lobbies et de sa culture gastronomique, à se remettre en question, que c’est l’alimentation carnée qui est le bon choix. Ce n’est pas parce que les écoles imposent une alimentation très carnée, que c’est équilibré. Ce n’est pas parce que les hôpitaux ne servent pas de légumineuses, que seules les protéines de la viande et du poisson sont bonnes.

L’alimentation végétale n’est pas le fait de quelques illuminés

Il y a de très nombreuses personnes à travers le monde qui font le choix d’une alimentation végétarienne pour des raisons de religions par exemple. Les indiens d’Inde ne tirent pas leur équilibre alimentaire des quelques produits laitiers ou du beurre qu’ils consomment, soyons réalistes. Les centenaires d’Okinawa, avec lesquels on me bassine, ne sont pas (n’étaient pas) en aussi bonne santé car ils mangeaient un tout petit peu de poisson, mais parce qu’il y avait tout le reste : énormément de végétaux, la frugalité des repas, ces derniers pris en conscience, la préparation maison.

De même, quand on devient végétalien, on se renseigne un minimum et on ne fait pas ce choix au péril de sa santé ou de celle de ses proches pour la gloire. La gloire de quoi, d’ailleurs ?

Je n’aurai jamais proposé ce mode de vie à mes enfants « simplement » parce qu’on épargne des animaux, si je ne n’avais pas lu et relu -et pas uniquement parce que c’est du bon sens encore une fois, que c’est une alimentation viable et saine. S’il était prouvé que pour être en bonne santé il fallait manger ne serait-ce que 5% de produits animaux, nous le ferions, je ne mettrai jamais mes enfants en danger.

Moi on me prouve que je peux à la fois suivre mes convictions, aller au bout de mon engagement, et manger 100% végétalien, ainsi que mes enfants et ce dès la grossesse. Je n’ai donc aucune raison de ne pas le faire. Si c’est votre cas, si vous choisissez de continuer à manger des animaux, même en part infime, assumez simplement que c’est par plaisir gustatif.  Ceci n’est pas une critique, je ne cherche pas ici à prouver le bien fondé d’une alimentation végétale ou à convertir qui que ce soit, c’est un simple constat. Je ne me fâche jamais avec les gens qui assument leur plaisir et qui n’ont pas envie de sacrifier ce dernier (si tant est qu’on puisse parler de sacrifice vu comment on s’éclate la panse, nous autres…). Je ne dis pas que c’est facile, que ça se fait du jour au lendemain, je dis juste que c’est possible.

Par pitié, je ne veux plus lire que cette alimentation est réservée à quelques personnes et qu’elle est extrêmement dangereuse pour tous les autres ! Ce sont ces mots qui sont dangereux, car ils privent de nombreuses personnes d’une amélioration visible de leur santé à court et à long terme, et de faire un choix qui leur conviendrait peut être à d’autres niveaux afin de vivre en cohérence avec eux-mêmes.

Quelques ressources sur l’alimentation végétale (absolument pas exhaustive)

  • Si la lecture d’ouvrages sur le sujet vous intéresse, je vous en recommande deux chaudement :

–> Comment ne pas mourir du Dr Greger, Ed. Beldond (sachant que la version française a supprimé toutes les notes qui renvoyaient aux sources scientifiques pour raccourcir l’ouvrage, vous les trouverez dans la version anglaise)

–> Le rapport Campbell, T. Collin Campbell, Thomas Campbell, Ed. J’ai Lu.

  • Il existe de nombreux reportages sur le sujet de la santé, je n’en citerai qu’un seul que j’ai beaucoup aimé (mais n’hésitez pas à en partager d’autres)

–> La santé est dans l’assiette, que j’ai pu regarder sur Netflix, mais qui existe en dvd.

  • Je remets ici deux sites faciles d’accès qui vous donneront des informations nutritionnelles :

–> Vegan Pratique, le site de L214 sur l’alimentation végétale

–> L’association végétarienne de France et leur guide de végétarien débutant

 

Et histoire d’être bien au clair, je n’ai rien à gagner à promouvoir ce type d’alimentation autour de moi. 

 

25 commentaires sur “Oui, l’alimentation végétale est viable pour l’être humain

  1. Bonjour Mélanie,
    Je trouve ton article très intéressant. Personnellement, je me considère comme une fléxitarienne même si le végétal prend un place plus en plus importante dans mon alimentation quotidienne. J’ai un blog que je présente comme fléxitarien car oui il fut une époque ou j’ai cuisiné la viande et le poisson, je ne le renie pas j’ai eu beaucoup de plaisir à cuisiner des plats « traditionnels » quand j’ai débuté la cuisine et que cela me semblait un passage obligé à l’époque pour être une bonne cuisinière mais j’ai évolué petit à petit. Maintenant, je trouve la cuisine végétalienne tellement plus novatrice, créative et dynamique que je teste beaucoup de recettes « vegan » au grand désespoir de mon mari !!!
    Depuis peu, je lis également des livres sur l’alimentation végétalienne et j’ai appris beaucoup de choses sur l’alimentation, la diététique et la nutrition, le soja, le lait (de vache), etc.
    Et pour illustrer ton propos concernant le retard français sur ce régime alimentaire, j’ai une petite anecdote toute fraîche. Hier, j’étais dans ma belle-famille et j’avais réalisé un bavarois vegan. Donc forcément, on a parlé un peu du végétalisme et ma belle-soeur qui est médecin (endocrinologue) a affirmé que les enfants ne pouvaient pas être vegan en s’appuyant sur un vague exemple de son entourage. Je n’ai pas pu m’empêcher de lever les yeux au ciel mais bon je me suis retenue de dire quoique ce soit. Je pense que j’aurais du lui conseiller d’aller lire les interview du docteur Bernard-Pellet qui lui est un spécialiste de l’alimentation végétale…
    Allez, j’arrête mais il y a temps de choses à dire…
    Bonne journée à toi et à ta famille.
    Marion

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Marion,

      Il n’y a rien à renier, j’ai adoré manger de la viande, du poisson, cuisiner avec des oeufs et du lait, j’en ai même fait mon métier ! Comme je le dis souvent, on ne va pas se flageller pour ce que l’on a consommé par le passé, mais plutôt s’encourager à continuer pour ceux à qui cela demande un effort, et pour les autres, simplement se féliciter d’avoir franchit le pas.
      Fais goûter à ton mari mon tofu rôti au four dans un gros sandwich avec des frites, il ne désespérera plus 😉
      Les médecins n’ont aucune formation en alimentation, donc ce sont bien les derniers à pouvoir en parler. Et ceux qui se sont un formés à la question ne remettent jamais en cause leur acquis, pourtant c’est le fondement de tout scientifique, questionner, alors question crédibilité …

      Rien ne t’empêche de lui envoyer quelques vidéos du Dr Pellet, il est toujours très clair et calme en plus, lui !
      Bonne soirée et à bientôt.

      J'aime

  2. Voilà, c’est dit ! Et franchement MERCI pour prendre de ton temps pour si bien dire ce que l’on est nombreux-ses à penser et que, par paresse dans mon cas, l’on ne dit plus… Je baisse parfois les bras devant tant de bêtise…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Sylvie,
      Comme toi, je suis complètement dépassée par autant de mauvaises foi et je ne te cache pas que je ne réagis pas systématiquement, mais lire ces propos sur des blogs de cuisine, franchement…
      Belle soirée,
      Mélanie

      J'aime

  3. Bonjour Mélanie,
    Bravo pour ton calme et la mesure de tes propos. Ce n’est pas toujours facile de rester sereine face aux mauvais arguments, souvent fondés sur des croyances ou des habitudes.
    La personne qui m’a le plus aidée à changer mon alimentation dit tranquillement qu’elle est végétarienne depuis l’âge de 11 ans et qu’elle va bien, merci. La conviction par l’exemple, ça demande de la patience, mais c’est efficace. Dans quelques années, on nous croira plus.
    Bon lundi !

    J'aime

    1. Bonjour Lili,

      J’essaie de m’améliorer dans ma communication, mais je ne te cache pas qu’en interne, ce n’est pas le calme plat quand je lis des inepties pareilles. Mais comme tu dis, rien de tel que l’exemple.
      Bises et bonne semaine.

      J'aime

  4. coucou Mélanie !
    Comme je t’admire (promis j’le redirai plus ! ) pour ce que tu dis et faits♥
    punaise, mais allo quoi …. je ne savais pas pour la recherche sur les oeufs.. mais jusqu’où iront’ils????
    grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr
    Je te laisse, passe une belle journée, plein de bisous et je m’en vais de ce pas lustrer mes lingots !
    ♥♥♥

    J'aime

    1. Coucou résé,
      Oh tu sais, je donne du temps car tout ceci me semble important et que je vois un réel besoin de savoir en face.
      Et oui, le sexage des oeufs est une pratique qui part du principe de supprimer cette souffrance animale et ce massacre des poussins, mais quand on y réfléchit vraiment, prendre connaissance du sexe du futur poussin dans l’oeuf pour le supprimer avant l’éclosion je trouve ça complètement fou !Tout ça pour manger des oeufs !
      Astique les bien surtout, tes lingots, on pourra en avoir besoin pour acheter nos légumes bios hors de prix 😉

      J'aime

  5. Bonjour Mélanie,
    merci d’avoir pris le temps de développer ton sentiment, qui est le nôtre aussi, nous les végans. Au quotidien, ce n’est pas facile de l’exprimer car les omnis ne veulent pas entendre, savent mais s’en fichent ou préfèrent ne surtout rien savoir. Dans mon entreprise, je suis la seule végan, pas même un végétarien, et toujours la même pauvresse qui au moment de Pâques ou Noël est bien triste devant son assiette de salade et qui « ne sait pas ce qu’elle rate » à ne manger ni huître ni dinde ni foie gras ! Tant de bêtises me donnent parfois envie de hurler « Réveillez-vous, bande d’ignares, aucune vie ne nous appartient et on peut vivre sans manger les autres ! » mais cela ne sert à rien de se fâcher en effet, il vaut mieux donner son point de vue calmement et laisser les arguments faire, ou pas, leur chemin.
    Ah ! Ça fait du bien de s’exprimer, et en ce lundi de Pâques je ne serai pas triste devant mon assiette mais contente devant la poêlée de spaghetti aux coeurs d’artichauts et tomates séchées que je vais de ce pas me préparer 😉
    Bonne journée à tous !

    J'aime

    1. Bonjour,
      J’avoue que je ne perds pas mon temps au quotidien à essayer de démontrer quoique ce soit avec des personnes qui ne veulent rien entendre. Il ne peut y avoir discussion que quand il y a ouverture d’esprit, que l’autre soi d’accord ou pas, en fait. J’espère que tu t’es régalée 😉
      Bonne semaine !

      J'aime

  6. Bjr Mélanie,
    Merci pour cet article qui dit tout haut ce que je pense. J’avoue que le mot régime accolé au vgtalisme/véganisme m’exaspère et les mensonges de la presse aussi. L’an passé des « médecins » avaient classé le « régime » végane comme le pire pour la santé et fut repris par des médias audio.
    Je suis entrain de lire le livre du Dr Greger et je le trouve passionnant. J’avais déjà lu L’ enquête/rapport Campbell qui m’avait convaincu dans mon choix.
    Anecdote. L’an passé je fais des analyses sanguines qui se révèlent nickel dont le calcium. Mon médecin ne trouve rien à y redire. Je lui annonce mon vgtalisme et aborde le calcium vgtal. Il commence par bégayer puis fut bien obligé de reconnaitre que mes résultats étaient bons.Depuis on a pu reparler du vgtalisme et de ce que je mange ce qui n’est pas le cas de ma famille qui est du milieu médical.
    Bonne semaine à toi.

    J'aime

    1. Bonjour Christel,
      On doit faire face à une montagne de mauvaise foi et c’est vraiment difficile de garder son calme. Surtout quand les médias s’en mêlent, et qu’ils ne pensent même pas à vérifier leur infos (le comble) juste pour faire le buzz. De mon côté j’écoute beaucoup France Inter qui possèdent quand même un paquet de Vg dans les chroniqueurs, c’est donc toujours très drôle !
      Le pire, concernant les analyse, c’est que oui, on peut être végétalien et carencé, comme on peut être omni et carencé : parce que des fois, on est super fatigué, surmené ou qu’on équilibre mal ses repas. Mais c’est valable pour tout le monde ! J’ai la chance d’avoir une médecin ouverte qui est plutôt preneuse des infos.
      Merci de ton témoignage et bonne semaine à toi !

      J'aime

      1. La même France Inter qui avait relayé la fameuse étude dont j’ai parlé au journal du 5-7.De quoi se réveiller de mauvaise humeur. Ceci dit elle fait souvent des émissions sur le vgtalisme et L214 invité 2 fois entre août et décembre l’an passé.

        J'aime

      2. haha, oh la radio n’est pas parfaite, il y a tellement d’émissions et de journalistes
        qui y interviennent 😉 Mais certains sont bien végétaliens et ne s’en cachent pas dans leur chroniques, c’est chouette.

        J'aime

  7. Merci pour cet article, clair, concis, bienveillant, tolérant, mais ferme ! J’ai arrêté de me « battre » contre ceux qui ne tolèrent pas et condamnent cette alimentation, et qui « agressent » gratuitement alors que très clairement je ne remets pas en question ce que contient leurs assiettes.
    Bises
    lili

    J'aime

  8. merci pour cet article.
    On est arrivé à la même conclusion que toi sur les oeufs des poules heures : quel cynisme!
    Nos 2 fils viennent d’apprendre à l’école les pyramides alimentaires. J’ai fait un complément d’info en imprimant pour les 2 les pyramides végétariennes et véganes et en les collant dans leurs cahiers :-))Ca m’éneeeeerve!

    J'aime

  9. Pour ceux que ça intéresserait, ces aspects sont facilement vérifiable via les moteurs de recherche académiques comme Google scholar ! Les « review », revues qui synthétisent toutes les études sur un sujet, sont très claires sur le végétalisme… Les positions des associations de nutrition et diététique aussi, notamment en Amérique du Nord

    J'aime

  10. Merci Mélanie pour ce texte si bien écrit qui résume bien ce que je pense aussi. Ne lâchons rien, informons sans relâche, avec bienveillance, et les choses avancent petit à petit (trop doucement pour nous!). Pour la petite histoire, ma fille en sixième vient d’apprendre comment bien s’alimenter en SVT, j’ai envoyé un mail à sa prof qui a accepté que Lola fasse un exposé sur l’alimentation végétale, on a bien bossé et tout abordé (santé, animaux, environnement, solidarité), elle était ravie de pouvoir en parler à sa classe. Elle a eu 20/20 😉

    J'aime

  11. Bonjour Mélanie,

    Moi aussi je suis lassée d’entendre que l’alimentation végétale est dangereuse, qu’elle est le fait de quelques illuminés qui se mettent en danger …
    Mon médecin de famille a levé les yeux au ciel quand je lui ai dit que j’avais une alimentation végétale et elle paraissait inquiète. Moi c’est sa réaction qui m’a inquiétée, comment un médecin peut – il autant méconnaître les bienfaits d’une alimentation végétale ?
    J’ai lu le livre du Docteur Greger il y a quelques semaines. J’ai bien entendu envoyé des extraits à mes parents mais pas de réponse en retour … j’ai du mal à comprendre que l’on se mette des œillères à ce point.
    Merci pour ton article qui comme tous tes articles me mettent du baume au coeur,
    Belle journée,
    Kathy

    J'aime

  12. Coucou mélanie, j’aime tes coups de gueules!!!
    Merci pour cette articles, c’est vrai que c’est dépriment d’entendre des absurdité qui déroutent les personnes dans le doute, ou font fuir les septiques!! Vivement que la vérité apparaisse pour de bon au grand jour!!
    Au fait j’ai réussi à me procurer l’enquête campbell, je suis en pleine lecture! Formidable ce bouquin!
    Pleins de bises, belle journée!

    Aimé par 1 personne

  13. Bsr,
    Je reçois des alertes sur ma boite électronique sur le vgta¨isme/véganisme et je viens de lire un article du Figaro.sur le véganisme . En gros le véganisme n’est pas mauvais sur le principe sauf pour les enfants; femmes enceintes ,les vieux, les malades et il faut avoir de sacrés connaissances en nutrition. Grrr face à de tels inepties mais il y a pire, les commentaires. J’ai failli me connecter pour y mettre le mien mais cela me saoule. Une personne a vraiment du courage car elle répond, argumente mais c’est un vrai dialogue de sourd. Je n’ai pas lu les 350 et qqs commentaires + les réponses. Comme le chante Téléphone je rêve d’un autre monde.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s