VG pratique

Beauté vegan. 2-Les composants à éviter et les alternatives

Attention pavé !! Vous êtes bien installé-e, avec une bonne tasse de thé ou de chocolat chaud?

Dans la première partie, je vous expliquais un peu mon parcours et ma réflexion au sujet de la cosmétique en général. Aujourd’hui, place à la pratique. Oui, c’est facile de critiquer et de fustiger, encore faut il détailler !

Dans de très nombreux produits, qu’ils soient « bas de gamme » ou de « luxe », la majorité des composants sont nocifs ou ne servent à rien. Comprendre par là qu’ils parfument, lavent et masquent les imperfections au mieux, au pire ils les entretiennent et sont nocifs pour la santé et l’environnement.

A l’instar des étiquettes alimentaires, les ingrédients notés sur l’étiquette de votre produit cosmétique sont répertoriés. Il est d’ailleurs obligatoire de mentionner tous les ingrédients de chaque produit sur l’étiquette. On appelle cela la liste INCI (International Nomenclature Of Cosmétics Ingrédients).

(Clic, ça devient plus lisible !)

infographie_ingredients_2_liste_inci

Je me suis beaucoup aidé pour cette synthèse, entre autres, d’un petit livre qui est un bijou de connaissance sur le sujet : Adopter la slow cosmétique de Julien Kaibeck. Je vous le recommande vivement, j’ai appris une foule de choses sur notre peau, sur la composition des produits et sur leur usage, le tout très simplement expliqué pour des personnes qui n’y connaissent pas grand chose, comme moi au début.

Je ne ferais qu’un bref résumé des substances inutiles et/ou nocives, leur liste est assez conséquente parfois ! Cela m’a d’ailleurs impressionnée la première fois que j’ai voulu décrypter une étiquette après m’être penchée sur la question : Mais comment vais-je retenir tout ceci?  Rassurez vous, point besoin ! Le net regorge de supers blogs et sites qui font un travail admirable : tests, conseils, listes de produits à éviter et à privilégier. Je vous en proposerai quelques-uns en fin d’article.

Place aux ingrédients à éviter donc !

Les silicones

Concus pour gainer le cheveu et lisser la peau, ils remplissent bien leur office. A très court terme. En réalité, ils bouchent les trous de la fibre capillaire (et ne réparent strictement rien) et forment un film imperméable sur la peau. C’est tout. Encore une fois, il s’agit d’un leurre, d’un pansement mais nullement d’un soin. Les cheveux sont gainés et lisses, la peau également, certes mais nullement soignés car étouffés. De plus, ils mettent des centaines d’années à se dégrader dans la nature et sont donc extrêmement polluants.

Leur noms sur l’étiquette : Tous les silicones se terminent souvent de la même manière en -one ou -ane : dimethicone, cyclohexasiloxane (a vos souhaits !), thicone…

Huile minérales

Corps gras issus de minéraux, en cosmétique elles servent à déposer un film sur la peau qui l’empêche de se déshydrater. Le prix est très bas car c’est un produit raffiné. Issue de la pétrochimie, ce sont des composants extrêmement polluants qui n’apportent strictement rien à la peau. On les retrouve dans de nombreux cosmétiques conventionnels.

Les noms sur l’étiquette : mineral oil, petrolatum, parafinium liquidium,…

Les émulsifiants

Indispensables pour assurer la liaison des cosmétiques entre les ingrédients aqueux (l’eau) en première position et les matières plus huileuses. D’origine quasiment toujours synthétiques en cosmétiques conventionnels, on préféra ceux qui sont dérivés de cires végétales ou de sucres en slow cosmétique.

Les polymères

D’origine synthétiques, ils donnent une texture velours aux produits et ne sont pas toxiques pour la peau. En revanche, toujours issus de la pétrochimie, leur bilan écologique est désastreux, d’autant plus quand ce sont des produits qui sont rincés sous la douche !

Leur noms sur l’étiquette : PEG (polyéthylène glycol), PPG (polypropylène glycol) , – cellulose, …

Les conservateurs  

Alcool : si ce conservateur est souvent d’origine naturel, il lui est souvent reproché d’avoir un effet desséchant et irritant pour la peau.

Son nom sur l’étiquette : alcohol.

Parabens : antibactériens et antifongiques, ces très efficaces conservateurs ont été énormément utilisé en cosmétique, et sont depuis quelques années largement décriés depuis qu’un lien avec le cancer à été mis en avant, sans pour autant être prouvé. Libre à chacun de les éviter mais dans le doute…

Leurs noms sur l’étiquette : methylparaben, ethylparaben, propylparaben…

EDTA : acide qui est un antibactérien puissant, c’est néanmoins un poison très toxique et très polluant.

Son nom sur l’étiquette : EDTA, Disodium EDTA, Trisodium EDTA…

Les sulfates ou émulsifiants SLS

Agents moussants détergeants et émulsifiants que l’on trouve dans quasiment tous les produits lavants, ce sont en réalité des tensio-actifs qui dégraissent et décapent énormément la peau et les cheveux. Résultats : Sécheresse cutannée et irritation.

Leurs noms sur l’étiquette : SLS (Sodium lauryl Sulfate ou Sodium Laureth Sufate),  laurylsulfate de sodium, ammonium lauryl sulfate.

Les sels d’aluminium

Agents anti transpirants dans certains déodorants, ils sont légèrement irritants et posent question à cause de leur capacité à pénétrer l’organisme (ce qu’un cosmétique n’est nullement censé faire). L’impact de l’aluminium sur le système nerveux et endocrinien soulèvent de nombreux débats et prudence est donc de mise quand à leur abus. (Que ce soit en cosmétique ou même en cuisine d’ailleurs, où l’aluminium est à proscrire dès que possible !)

Son nom sur l’étiquette : Aluminium

Les parfums

Majoritairement synthétiques en cosmétique conventionnelle, ils sont de plus en plus la cause de réactions allergiques. C’est pourtant souvent l’élément qui va décider le consommateur a acheter son produit et c’est donc un élément décisif de la composition ! Essayez de privilégier les parfums naturels comme les huiles essentielles (bien dosées, toujours demander conseils avant), les eaux florales ou extrait aromatiques de fleurs ou de fruits.

Leur noms sur l’étiquette (pour les parfums synthétiques, plus rarement pour les parfums naturels souvent présentés sous leur noms latins de plantes): parfum, fragance

Les colorants

Vernis, teinture, maquillage, ils sont largement utilisés en cosmétiques. Vous pouvez trouver des colorants d’origine synthétiques (de plus en plus règlementés car allergisants et potentiellement cancérigènes et néfastes pour le système reproducteur), végétale (betterave, kaolin, titane…) ou animale (le fameux rouge issu des femelles cochenilles réduites en poudre pour colorer de nombreux rouges à lèvres et fars. (De nombreux bonbons rouges et oranges, soit dit en passant, sont colorés avec de la poudre d’insectes écrasés…) .

Tous les colorants sont indiqués par : CI + 5 chiffres. Pas évident de les décrypter à moins d’avoir un petit guide sous la main !

Le petit document à télécharger qui résume bien :

ingrédients à éviter

Ca va, pas trop mal à la tête ? 

Pour faire un petit résumé, la plupart des ingrédients en cosmétique conventionnelle sont nocifs soit pour la santé, soit issus de la pétrochimie et donc extrêmement polluant car non biodégradables ou dans plusieurs centaines d’années. Il faut en plus ajouter qu’une grande partie de ces ingrédients synthétiques coûtent peu chers et c’est pour cette raison que l’on les retrouve aussi souvent. Forcément, un shampoing du commerce à 2,00€ ne va pas contenir une grande quantité d’actifs intéressants, ni naturels. En général, pas du tout, soyons honnête !

Les produits « haut de gamme » conventionnels sont ils mieux lotis ? Non, pas du tout, c’est exactement pareil dans l’immense majorité des cas. Si vous êtes curieux de la composition de votre crème Clarins, de votre soin correcteur Chanel, de votre soi-disant super shampoing Kérastase de l’Oréal, je vous invite sur le site de http://www.beaute-test.com/ qui répertorie -sans aucun parti pris, c’est seulement un site d’avis en ligne et de description des produits, quasiment tous les cosmétiques. Vous trouverez pour chacun la liste INCI des ingrédients. Et vous en retrouverez beaucoup qui sont synthétiques, nocifs, inutiles, exactement comme les shampoings et cosmétiques de grande surface à 3,00€. J’ai fait le tour récemment pour étudier des produits que j’affectionnais beaucoup il y a quelques années par côté glamour, leur packaging, odeur et texture comme Clarins, Chanel ou même Biotherm. Dé-ce-ption.

Je trouve rageant d’investir dans des produits qui ont d’une part une composition similaire à leur copains de grandes surface, mais surtout de se faire avoir. Si certains composants ne sont pas nocifs pour l’organisme, en revanche ils le sont pour l’environnement. De plus, ce sont souvent des ingrédients présents en volume important dans un produit comparé aux vrais actifs présents (oui, il faut quand même le souligner, il y a des actifs utiles dans les produits conventionnels…), donc on paie : inefficacité, pollution et packaging à prix d’or. Pour le même résultat, autant se rabattre sur du pas cher.

Faut-il pour autant se ruiner pour s’entretenir sainement et écologiquement? Non, mais comme à table, il me semble important de revoir sa consommation et de bien définir ses besoins. Un produit de qualité, avec des ingrédients de qualité, naturels sera toujours un peu plus cher qu’un produit 100% synthétique fabriqué en masse. Ceci étant dit, d’un portefeuille à un autre, ou selon les habitudes de consommation et de soins, on peut passer du simple au triple en cosmétique Bio, vegan et végétale, ou l’inverse !

–> Vous n’aimez pas fabriquer vos propres cosmétiques? Vous trouverez en circuits non conventionnels, de très nombreuses et chouettes marques qui proposent des cosmétiques de qualité, beaux et réellement actifs.

De chouettes sites de produits de beauté où vous verrez que les packaging sont beaux et les produits très efficaces (encore une fois à modérer selon votre peau et vos besoins) :

Vegan mania ( possède une boutique à Paris, où l’on se fait bien conseiller)

Lamazuna (mon chouchou du zéro déchet, j’aurais l’occasion de vous reparler de certains de leur produit bientôt)

Happy Léon (un large choix de produits ultra étudié et sains)

Mon blog beauté préféré pour découvrir en détail toutes ces belles marques est définitivement Friendly beauty ! Toujours parfaitement bien écrit, de belles photos, une vraie réflexion sur la cosmétique (mais pas que), j’ai appris énormément depuis que l’on me l’a recommandé, et chaque dimanche j’attends avec plaisir les nouveaux articles. Moi qui ne suis pas girly pour deux sous et qui passe peu de temps sur le sujet, j’ai retrouvé grâce à ce blog le vrai plaisir de produits de beauté et d’hygiène qui ne sont pas seulement beaux de par leur image renvoyé par le marketing mais également par les valeurs qu’ils transmettent, les odeurs des plantes, les textures que j’apprends à accorder avec mes vrais besoins, et un réel impact sur l’environnement (ou absence d’impact!).

Mon blog sur l’analyse de composition et cassage en règle de l’industrie cosmétiques (avec une verve littéraire qui me fait bien rire à chaque fois!), ainsi que la beauté en général, c’est celui de la morue moderne (Là où j’ai appris, récemment, entre autre, que le gel lavant Mustela que je humais avec délectation sur mes enfants après leur toilettes quand ils sont nés est une sacré daube en puissance). Ames sensibles s’abstenir, la dame ne mâche pas ses mots. Moi j’adore +++.

Le blog le plus connu spécialiste des cheveux au naturel est certainement celui de Mini : Les cheveux de Mini. Je n’aurais jamais cru qu’on puisse tenir un blog juste sur ce thème, et bien si ! Et c’est rudement bien fait !

–>Vous êtes une chimiste dans l’âme ? A partir de matériaux bruts, à vous crème, shampoing, savons, et maquillage maison ! Il est possible de se fournir sur quelques sites et dans quelques magasins pour de nombreuses matières premières :

–> Pour ma part, je suis un peu entre les deux : je ne suis pas du tout intéressée par la confection de mes cosmétiques (quand, mais quand aurais-je le temps?^^) mais je privilégie les produits bruts, ou alors un mélange maison de très peu d’ingrédients (2 max. Ben quoi, 2 c’est déjà un mélange!). Comme nous nous sommes lancés dans une démarche « zéro déchet – ou presque » depuis quelques temps, nous limitons tous les contenants, même recyclables, dès que c’est possible. Ce qui n’est pas toujours le cas, et il y a encore du travail à faire, mais en quelques mois, cela à fait une sacrée différence, positive, sur nos habitudes et sur notre budget! Et à long terme sur notre santé et forcément, sur l’environnement.

Cette façon de procéder me permet :

  • D’acheter des produits qui me font vraiment plaisir parce que leur composition est clean, qui ne polluent pas, qui me font du bien à court terme comme à long terme et qui ne me ruinent pas.
  • De limiter mes déchets et d’approfondir toujours plus une consommation responsable et écologique au quotidien.
  • D’avoir une routine simple mais efficace. Par exemple, être passée au « no-poo » depuis bientôt un an, me permet de ne faire qu’un « shampoing » par semaine (contre un tous les deux jours avant…), d’avoir enfin des cheveux sains, de gagner du temps et de l’argent. Etre passée au savon pour le corps m’a enfin guéri d’eczéma, de sécheresse, en plus de supprimer les bidons plastiques polluants et les résidus de gels douches conventionnels également polluants dans l’eau. Avoir troqué il y a 3 ans mes cotons démaquillants jetables contre des cotons lavables me coûte non seulement bien moins cher, me procure un confort strictement identique, mais contribue également à éviter d’utiliser ces matériaux à usage unique de quelques secondes chaque jour.
  • Bonus hors sujets non négligeable : avoir découvert des produits naturels multifonctions comme les huiles essentielles et les hydrolats, nous a permis de réduire drastiquement notre armoire à pharmacie ! Soigner les petits maux « banals » et fréquents des enfants avec deux / trois produits de manière bien plus efficace a été un vrai soulagement, surtout en cette période de l’année tant redoutée par tous les parents. Cela fera l’objet d’un autre article mais en 24/48h bye bye conjonctivite, rhume, gastro et toux avec des soins 100% naturels. Et dans le même temps bye bye flacons à gogo de collyre, sirops inefficaces, spray à  tout va et à durée de vie limitée et donc très souvent gaspillé, comme beaucoup de médicaments.

lot-de-10-carres-demaquillants-lavables

Cotons lavables en vente sur le site Les tendances d’Emma

Dans le prochain article sur ce sujet (on va se caler des petites recettes entre temps, hein, dites, en attendant la sortie de mon premier e-book à la fin du moins!), je vous parlerai plus en détail de mes habitudes et des produits que j’affectionne beaucoup.

Et vous, quels sont vos habitudes?  Cela vous donne envie de creuser un peu la question? Si vous connaissez de supers blogs ou sites, n’hésitez pas à les laisser en commentaires, je les ajouterais !

4 réflexions au sujet de « Beauté vegan. 2-Les composants à éviter et les alternatives »

  1. Quel plaisir de lire tes articles! ;D
    Je commence, depuis quelques mois maintenant, a m’intéresser aux cosmétiques cruelty free et d’un peu plus loin aux produits végans (pas évident , parce que c’est quand même un peu cher…)… C’est malheureusement pas encore très présent sur notre continent mais ça tend quand même a le devenir. J’ai hâte de pouvoir refaire tout mon kit makeup avec du végan :p

    En tout cas, ton guide et les infographies sont vraiment chouettes! merci de partager tes références ❤

    J'aime

    1. Merci beaucoup !! J’ajouterai une info concernant les prix : j’avais au début le même a priori et depuis que je m’y suis mise, j’ai trouvé beaucoup de marques, excellentes à prix très intéressants. Je pense aux maquillage, mon mascara vegan me coute 14€, mon far à paupière, idem (tablettes de 5). Mes huiles visages entre 8€ et 15€ selon les marques avec une durée de vie de plusieurs mois, etc…Mais il y a bien sur du très haut de gamme avec des formules complexes qui se paient, il est vrai. D’oû mon choix de m’orienter vers du très simple pour ne pas exploser le budget ! Je vais faire un article juste sur le maquillage. Je ne suis pas une grande consommatrice mais des basiques à petits prix, c’est bon à avoir !
      A très vite !

      Aimé par 1 personne

  2. Effectivement, c’est un pavé, mais très intéressant. Je viens de jeter un coup d’oeil sur les produits que j’utilise(et je n’en ai pas 36….) c’est impressionnant de voir tous ces composants.Alors je vais essayer de remédier à tout cela, aussi bien pour ma peau, ma santé que pour l’environnement. C’est très bien ce que tu fais, et je suis tous tes articles avec beaucoup d’intérêt. Merci.

    J'aime

    1. Merci beaucoup, c’est très gentil ! Et oui, nous sommes très (désagréablement) surpris de constater tout ce que l’on applique de néfaste au quotidien sur notre corps et à quel point l’impact environnemental est conséquent ! Heureusement, de plus en plus d’alternatives existent, sans être ni plus compliquées d’utilisation, ni beaucoup plus couteuses !
      A bientôt.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s